Accueil : Blog

    Blog : consommons mieux !

mardi 7 octobre 2014

Véhicules propres: les démarches des collectivités

Pour appuyer les collectivités dans leurs démarches de développement des bornes de charge pour les véhicules électriques et des véhicules gaz sur leurs territoires, la FNCCR a édité une plaquette dédiée.

Celle-ci détaille le déploiement des stations GNV et bioGNV comme celui des infrastructures de charges pour les véhicules électriques. Et évoque les premières opérations menées:

- SYME (05) : 100 bornes entre 2015 et 2016 - 169 communes impliquées dans la démarche et expérimentation de l’alimentation solaire de bornes;

- Nice (06) : 140 bornes déployées en lien avec le service d'autopartage;

- SYADEN (11) : 140 bornes soit 280 points de charge entre 2014 et 2017;

- SDEC Energie (14) : 181 communes candidates pour un total de 266 bornes - Partenaire du Salon Electric Drive de Deauville

- SDE (28) : constitution d'un partenariat pour monter un dossier départemental de réponse à l'AMI de l'ADEME;

- SDEF (29) : 282 bornes soit 464 points de charge répartis sur deux phases d’implantation;

- SIEIL (37) : 276 bornes d’ici 2015, une quarantaine déjà posées;

- SIEML (49) : 86 bornes sur 118 communes dès 2016 et un potentiel de 425 en 2020;

- SDEGM (53) : schéma directeur de déploiement validé - Passation de marché en cours pour l’installation de 60 bornes;

- Morbihan Energies (56) : 7 bornes de recharge rapide en service et 280 bornes normales/accélérées, ainsi que 4 bornes rapides supplémentaires d'ici 2016;

- SyDEV (85) : 79 bornes en 2014 dans 44 communes - Une prévision de 191 communes concernées pour 350 bornes de recharge en 2016 - Création de l’association Vendée Mobilité Electrique;

- SDESM (77) : entre 150 et 200 bornes de charge accélérée sur le domaine public - 145 communes impliquées.

Cliquez ici pour télécharger la plaquette "Le développement des véhicules “propres” par les collectivités."

mercredi 8 juillet 2009

Le poids des mots, le choc des tarifs?

Pierre Gadonneix, PDG d'EDF, veut une hausse des tarifs de 20%.

Lire la suite

jeudi 2 juillet 2009

Photothèque

L'emprunt EDF ne servira pas à financer les réseaux...

Lire la suite

vendredi 13 mars 2009

Certainement

Le prix du gaz? Christine Lagarde, ministre de l'Economie, a annoncé vendredi sur LCI qu'il y "aura certainement une baisse".

Lire la suite

vendredi 27 février 2009

Il est où?

Présentation des résultats annuels d'EDF. Tout y est. Tout ?

Lire la suite

vendredi 16 janvier 2009

La fameuse formule

La CRE s'engage à publier la formule de calcul des tarifs du gaz naturel en France d'ici au 1er avril si GDF Suez ne le fait pas avant...

Lire la suite

jeudi 15 janvier 2009

Commission Champsaur: la Tribune lève un coin du voile

Alors que les membres de la Commission Champsaur sont tenus au secret, le quotidien la Tribune donne aujourd'hui quelques indications sur ce que pourrait être le futur paysage énergétique français...

Lire la suite

jeudi 27 novembre 2008

Il faut le voir pour le croire

Ca y est, des "voitures bleues" estampillées ERDF et GRDF commencent à circuler.

Lire la suite

lundi 16 juin 2008

Paradoxes et préjugés

Sujet de philo du jour : la concurrence entre paradoxes et préjugés. Remise des copies le 1er juillet 2008.

Lire la suite

vendredi 11 janvier 2008

Cent mille

Le cap des 100.000 clients au prix de marché est franchi: 60.000 clients gaz pour EDF et 46.000 (1) clients électricité pour Gaz de France. Le marché de l'énergie est encore balbutiant mais il se confirme que la bataille se joue pour l'instant entre les fournisseurs historiques.




L'autre fait marquant de la semaine est l'adoption du principe de réversibilité.
Tout client déçu par le marché pourra demander à bénéficier d'un droit de retour aux tarifs réglementés au bout de six mois. Cette réversibilité ne vaut que pour l'électricité et ne concerne que les clients domestiques. Pour le gaz, le changement est néanmoins significatif: en cas d'emménagement, un nouvel occupant peut revenir aux tarifs réglementés abandonnés par son prédécesseur dans les lieux, et ce, jusqu'au 1er juillet 2010. Pour les logements neufs, chacun pourra choisir entre tarifs réglementés et prix de marché pour l'électricité et pour le gaz.

La réversibilité totale pour l'électricité, mesure réclamée depuis plusieurs mois par la FNCCR, devrait permettre à la fois de fluidifier le marché (en rassurant les consommateurs) et de pérenniser les tarifs réglementés, à la fois comme référence pour les offres aux prix de marché et filet de sécurité pour les consommateurs.





Consulter la loi sur la "réversibilité".


(1) Compte-tenu des chiffres publiés par eRDF, ceux de Gaz de france doivent inclure des "basculements" au 1er février 2008.

mardi 18 décembre 2007

« Plus personne ne propose de Tartam aujourd’hui »

Le Tartam n'a plus la cote...

Au fait, connaissez-vous le Tartam ?

Non ?

Tentative d’explications :

Ce tarif réglementé transitoire d'ajustement de marché (Tartam, donc) est accessible aux clients industriels et professionnels ayant souscrit une offre aux prix de marché et… ayant subi de fortes hausses de prix. Créée par la loi du 7 décembre 2006, le Tartam est valable pour une durée maximale de deux ans. Les entreprises avaient jusqu'au 1er juillet 2007 pour en faire la demande auprès de leur fournisseur. Le Tartam est supérieur de 23 % aux tarifs réglementés, mais largement inférieur aux prix de marché. C’est pour cela que la loi prévoit le versement d'une compensation au fournisseur pour la perte de chiffre d'affaires liée à la mise en œuvre de ce tarif.

Cependant, la particularité du Tartam est qu’il s'applique de plein droit aux contrats en cours mais aussi aux contrats conclus postérieurement à la demande écrite, y compris avec un autre fournisseur. Or, le Tartam n’est valable que deux ans.

D’où une difficulté inattendue : aujourd’hui, indique un observateur, « dans la mesure où le niveau des prix de l’Electricité a dépassé, voire perforé le plafond d’indemnisation, plus aucun fournisseur ne répond à un appel d’offres comportant une « queue » de Tartam à assumer ». Sinon en proposant, au-delà de la période qui reste à courir, un prix du kWh excessivement élevé, puisqu’il compense les pertes causées par l’application de ce Tartam.
Exemple :
Un industriel souscrit un contrat de 3 ans au 1er janvier 2008. Ce contrat devra assumer un tarif Tartam jusqu’en juillet 2009. L’offre qui lui sera faite garantira certes le prix Tartam jusqu’à son terme mais, ensuite, « le prix qui sera proposé du 1er juillet 2009 jusqu’au 31 décembre 2010 sera exorbitant puisque son fournisseur le calculera pour… se rembourser de ses pertes sur la période Tartam ». A partir du 1er août 2009, son fournisseur lui impose donc un retour brutal au marché. En fait, on demande simplement au client de rembourser les effets bénéfiques du Tartam, ce qui n’était pas vraiment le but poursuivi.

« Mon client, poursuit cet observateur, s’est vu ainsi proposer un prix 20% plus élevé que ce qu’il aurait pu espérer au vu des prix de gros actuels. Pour information c’est plus de deux fois le prix qu’il avait obtenu en 2004… »


Période

01/01/2008 > 31/07/2009

01/08/2009>30/12/2009

Facturation

Tartam

Prix majorés

Prix payé

45 &euro*/MWh

84 €/MWh (70€ + 20%)


* Une offre sans Tartam serait à 70 € du MWh

Curieusement, si ces difficultés sont connues, elles n’en suscitent pas moins un silence quasi-unanime. Les fournisseurs ne souhaitent pas communiquer sur ce sujet. Les clients non plus. Le sujet pourrait faire une « sortie » médiatique remarquée avec des marchés publics infructueux ou politiquement inacceptables.

D’ici là, notre observateur (anonyme donc) propose de « faire sauter le plafond de la compensation » pour tenir compte de l’importante augmentation des prix de l’électricité ou bien… de prolonger la durée de vie du Tartam, pour sortir d’une situation devenue inextricable.

Une proposition qui s'inscrit dans le droit fil de celle du Comité de liaison des entreprises ayant exercé leur éligibilité (Cleee) qui a réclamé, comme pour les particuliers, un droit de retour au tarifs réglementés et la prolongation d'un an du Tartam, estimant qu'une "part très importante de la compétitivité nationale (...) se trouverait menacée par la non-reconduction de ce dispositif".
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du site RSS