Accueil : Blog

    Blog : consommons mieux !

jeudi 25 juin 2009

Succès

Selon l'hebdomadaire "Investir", l'emprunt EDF serait déjà largement souscrit.

Lire la suite

mercredi 27 mai 2009

Emprunter pour se désendetter

Le PDG a confirmé son intention de lancer un emprunt obligataire auprès des particuliers.

Lire la suite

lundi 19 janvier 2009

Poweo: "lorsque quelqu’un frappe à une porte pour vendre de l’énergie, dans l’inconscient collectif, c’est forcément quelqu’un d’EDF".

A Houdain (et bientôt Divion), Poweo est « interdit » de démarchage, en vertu d’un arrêté municipal inédit. Entretien avec Ivan Roussin, directeur de la communication de Poweo.

Lire la suite

lundi 12 janvier 2009

L'arrêté anti-Poweo

Au Nord, la créativité municipale ne se dément pas. Après l'arrêté anti-coupures, voici l'arrêté anti-démarchage.

Lire la suite

mardi 6 janvier 2009

Y'aura-t-il du gaz à Noël ?

Les livraisons de gaz en provenance de Russie se réduisent à vue de nez. Premiers pays touchés en Europe centrale et dans les Balkans.

Lire la suite

mercredi 3 décembre 2008

0,46 et 0,55

Selon Les Echos, EDF s'apprête à annoncer une hausse de 20 % du coût de production de l'EPR, soit 55 euros le mégawattheure, contre 46 euros annoncés en 2006.

Lire la suite

mardi 25 novembre 2008

Blue sky second life

Chez EDF, le web 2.0, c'est "ma maison bleu ciel". Visite virtuelle-réelle.

Lire la suite

vendredi 14 novembre 2008

Direct-Energie: "chaque souscription fait l’objet d’un appel de bienvenue destiné à confirmer la volonté du client de signer chez nous"

Entretien avec Thierry Roussel, directeur général, sur les pratiques commerciales de Direct-Energie, les rumeurs du web et les procédures de recrutement de nouveaux clients.

Lire la suite

lundi 6 octobre 2008

Prix et tarifs : casse tête et Dolcevita

La spécificité des prix et tarifs du gaz naturel ? Ils sont presque aussi complexes que ceux de l’électricité. Début septembre, GDF Suez a modifié ses offres aux prix de marché. Le fournisseur faisant une importante promotion de ces dernières, la comparaison s’imposait.

Lire la suite

mardi 2 septembre 2008

EDF habille ses boutiques en bleu ciel

Depuis quelques semaines, EDF a ouvert deux nouvelles boutiques à Nantes et Nice. De nouvelles boutiques, pourquoi faire ? Entretien avec Charles Fouin, responsable du projet nouvelles boutiques à EDF.

Lire la suite

mercredi 25 juin 2008

Altergaz: la pédagogie des marchés reste à faire

Entretien avec Laurence Boniface, directrice du marché particuliers d’Altergaz qui dresse le bilan d'un an d'ouverture à la concurrence: «un chassé-croisé de clients entre EDF et Gaz de France qui n’apporte pas de bénéfice prix aux consommateurs»

Lire la suite

jeudi 22 mai 2008

Gaz de France passe à la maison

Une sitcom signée Gaz de France...

Lire la suite

mardi 22 janvier 2008

Gaz de France - Suez, la fusion à nouveau retardée

Version longue: le TGI de Paris a donné raison au comité central d'entreprise. Gaz de France devra donc fournir davantage d'informations au CCE afin de lui permettre de se prononcer sur le projet de fusion avec Suez. Selon les termes du jugement, il est interdit à GDF de "prendre toute décision relative au projet de fusion" tant que l'instance représentative du personnel compétente n'aura pas donné son avis sur le projet.

Selon l'avocat de Gaz de France, la fusion serait "encore possible avant la fin du premier semestre".


Court métrage ou version longue?
Nouvel épisode de la saga feuilletonesque de la fusion entre Gaz de France et Suez : la version director's cut se joue en partie aujourd'hui au tribunal de grande instance de Paris. Celui-ci doit se prononcer sur le respect par Gaz de France de ses obligations d'information des instances représentatives du personnel.
Si le tribunal répond favorablement à la demande des syndicats, la fusion ne pourra être lancée avant juillet. S'il donne raison à Gaz de France, elle pourrait intervenir en mars.
Réponse dans l'après-midi.

vendredi 30 novembre 2007

Payer son électricité par SMS?

EDF proposera prochainement le paiement des factures par SMS, sans doute le 1er janvier prochain. Entre mars et juin dernier, une expérimentation de ce mode de paiement, encore peu utilisé en France, a été menée par la Direction commerciale particuliers et professionnels (DCPP) d'EDF en Rhône-Alpes et Auvergne. Le but de ce test était double:
- vérifier le bon fonctionnement technique des circuits financiers,
- mesurer l’attractivité du service auprès des clients qui refusent le prélèvement automatique (principale cible visée).

Pour Samuel Brodier, chef de produit à la Direction Marketing de la DCPP, l'expérimentation a porté ses fruits: "Notre objectif était de convaincre les clients qui refusent le prélèvement automatique, pour supplanter les TIP et les chèques". Ce mode de gestion est à la fois lourd et lent, les clients rétifs au prélèvement ayant l'habitude de payer tardivement. Et ce sont eux la cible visée puisque, s'ils refusent le prélèvement, ce mode de paiement leur sera aussitôt proposé. Avec succès, au vu de l'expérience en Rhône-Alpes. "Ce service a beaucoup plu puisque 30 % des clients à qui on l’a proposé l’ont adopté. L'avantage, c'est que cela donne au client qui n'a pas opté pour le prélèvement automatique de payer quand il le veut. En fait, il s'agit d'un prélèvement sur ordre."

Résultats satisfaisants donc. Aussi la généralisation du paiement par SMS est-elle sur les rails. Le service est en cours de déploiement auprès de l’ensemble des 6.000 conseillers EDF Bleu Ciel jusqu’à fin décembre. Ceux-ci disposeront d'une interface web destinée à entrer les coordonnées téléphoniques et le RIB des clients qui opteront pour ce service.

Comment ça marche?
Dès l'inscription, après saisie de ses coordonnées, EDF lui envoie un SMS de confirmation.
Pour le paiement, quelques jours après la réception de sa facture à domicile, le client reçoit un SMS lui proposant le règlement (de type: "Vous avez choisi le paiement par SMS, répondez simplement EDF pour payer votre facture de ... euros" - le tout en 160 signes). Il lui suffit de répondre par un autre SMS en tapant "EDF" pour autoriser le paiement. Suivent alors deux accusés de réception (par SMS et par mail). Le compte est débité 48h après. Ce mode de paiement sera gratuit, hors le coût du SMS lui-même (lequel est moins cher qu'un timbre). Compte-tenu des réactions pas toujours favorables en Belgique (où le service de paiement m-banxafe par SMS suppose un surcoût de 0,25€), EDF a sans doute raison d'opter pour la gratuité. Un SMS surtaxé pour une facture, ça fait mauvais genre.

Le client sera libre de se désinscrire à tout moment. Il lui suffira de taper "STOP" au prochain SMS qu’il recevra d'EDF.

Ce service sera d'abord limité aux seuls particuliers. Les professionnels devront patienter jusqu'en 2009, pour des raisons techniques - les deux types de clientèle sont gérées par des systèmes informatiques différents.

L'offre d'EDF sera donc suivie avec autant d'attention que celle de la SNCF. Si elle rencontre autant de sucès au niveau national que régional, cela prouvera que les consommateurs sont rassurés sur la fiabilité du système. Une bonne nouvelle pour le m-paiement.

Payer par SMS, comment, pourquoi?
Energie2007 a interrogé Laurent Bailly, directeur des offres et du business développement des marchés des télécoms et des médias, chez Atos Worldline, filiale d'Atos Origin.
"Ce type de paiement est en fait davantage un mode d'alerte où le prélèvement automatique est conditionné à l'accord du client. On peut imaginer un SMS rédigé ainsi: “Monsieur Martin, votre facture pour octobre-novembre est de 135 euros, pour autoriser le paiement veuillez répondre “OUI” à ce message.” On peut imaginer aussi que cela soit validé par un code PIN, mais ce n'est pas une obligation puisqu'il s'agit simplement de confirmer un mode de paiement déjà accepté au préalable. Il est possible aussi qu'EDF, dans son texto, indique soit un n° de client, soit un autre élément, comme un cryptogramme, qui confirme la provenance du message. Ce qui importe ici, c'est de donner au client le sentiment qu'il contrôle son prélèvement automatique, puisqu'il peut décider de le valider tout de suite ou un peu plus tard. L'idée d'EDF est sûrement de convaincre des clients réticents au prélèvement parce qu'ils craignent que la date choisie puisse leur poser un problème de trésorerie. Pour l'entreprise, le but est de les faire migrer vers un système plus avantageux en termes de gestion. Dans tous les cas, il faudra payer la facture!"

En savoir plus sur le m-paiement: interview de Laurent Bailly sur le Journal du Net.
Lire aussi: 2008, année du décollage pour le paiement par mobile? (ZDNet).


Le paiement par SMS en zones blanches (Quentin Metsys).

mardi 6 novembre 2007

Fabien Choné: conjuguer les avantages du nucléaire et de la concurrence

En juin, saisi par Direct-Energie, le Conseil de la Concurrence a pris des "mesures conservatoires" relatives à l'offre de gros d'EDF. Dans l'attente du jugement sur le fond, Direct-Energie avait salué ce jugement susceptible de "déverrouiller le marché de la fourniture d’électricité aux petits consommateurs (professionnels et particuliers)". Le 19 juillet, EDF a fait une offre de gros, jugée "sérieuse" par la plupart des acteurs. Cette offre se situe à 36 euros le mégawattheure jusqu'en 2010. Mais, à partir de 2011, EDF propose un prix de 45-47 euros le mégawattheure (intégrant le coût de développement de la centrale nucléaire de Flamanville).

Fabien Choné, Directeur général délégué de Direct-Energie, a fait le point avec Energie2007 sur cette fameuse offre de gros.


Energie2007: Où se situe le problème pour les prix de gros?
Fabien Choné: Aujourd'hui, les prix de gros se situent entre 50 et 60 € le mégawattheure pour la base. Cela correspond aux productions fossiles. Selon les indications de François Loos lorsqu'il était ministre de l'Industrie au début 2007, le niveau de la base pour le tarif bleu, assis sur le parc de production nucléaire, était de 32,2 € le mégawattheure. On voit bien qu'il y a un gros problème de "ciseau tarifaire". Et, dans les deux branches du ciseau, celle qui est défaillante, c'est la branche du haut!

Energie2007: Concrètement, toujours en termes de prix de gros, que visez-vous?
Fabien Choné: Pour le tarif réglementé, le contrat de service public prévoit son indexation sur les coûts marginaux de long terme - c'est-à-dire le développement et le renouvellement du parc nucléaire. Aujourd'hui, EDF évoque les coûts du futur EPR de Flamanville. mais soyons clairs: on ne va pas tout renouveler avec des têtes de série! C'est comme si l'on disait que toutes les voitures d'une gamme devaient être vendues au prix de revient de la première d'entre elles: ça coûterait monstrueusement cher! Il serait plus légitime que le prix de l'offre de gros reflète les vrais coûts de développement, comme ceux qui servent de référence pour les tarifs réglementés.

Energie2007: Vous avez porté plainte devant le Conseil de la Concurrence. Où en est-on?
Fabien Choné: Le dossier est toujours en cours d'instruction. Nous ne pouvons donc le commenter.

Energie2007: Quelle est votre position sur l'irréversibilité*?
Fabien Choné: On partage l'avis général: un marché où l'abandon du tarif réglementé est irréversible n'est pas légitime. Dans les pays européens où coexistent prix de marché et tarifs réglementés, nous sommes le seul où l'abandon des tarifs est irréversible. La réversibilité est nécessaire pour que le marché fonctionne. Mais à condition que les offres de gros soient cohérentes avec le niveau des tarifs réglementés, permettant ainsi à la concurrence de se developper, sinon l'ensemble ne sera toujours pas eurocompatible. La France a fait le choix de la filière électro-nucléaire: cet avantage doit se conjuguer avec les avantages de la concurrence.

Energie2007: Allez-vous proposer une offre gaz aux particuliers?
Fabien Choné: Oui. Nous avions prévu de le faire pour le 1er juillet 2007 mais, compte tenu des difficultés rencontrées sur le marché de l'électricité, nous avons dû la différer. Cette offre sera lancée en 2008.... une fois les difficultés du marché de l'électricité réglées.

Energie2007: En électricité, quels sont vos objectifs?
Fabien Choné: Aller vite.

* En cas de changement de fournisseur ou d'offre, le consommateur renonce aux tarifs réglementés de manière irréversible.

 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du site RSS