Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
8 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




Finistère: le SDEF retient ENI et GDF Suez
Ouverture des marchés | 2015-10-20 11:52:00 | Administrateur 'Energie 2007'

Coordonnateur de deux groupements de commandes pour l'achat d'énergie, le Syndicat départemental d'énergie et d'équipement du Finistère a rendu publics les résultats de ses premiers appels d'offres.


Gaz: 54 GWh
Dans le gaz, le groupement fédère les besoins de 61 établissements publics, pour 54 Gwh annuels (48 GWh dans un premier temps, suivis de 6 GWh en "session de rattrapage"), répartis en 434 sites.

ENI est titulaire d'un lot (58 sites consommant moins de 300 MWh par an), GDF Suez de trois lots (347 sites consommant moins de 300 MWh par an, 27 + 2 sites consommant plus de 300 MWh par an). Les gains par rapport aux tarifs réglementés sont de l'ordre de 16 à 18%.


Electricité: 143,5 GWh
Dans l'électricité, le groupement, constitué au premier semestre 2015, réunit 262 adhérents, dont le Conseil départemental (34 sites, et 41 collèges), 23 EHPAD et CCAS, le SDIS, 4 syndicats d'eau, 146 communes et 13 communautés de communes, 33 écoles et collèges privés. Le consommation totale est évaluée à 87 GWh annuels, avec 659 sites raccordés en base tension (60,5 GWh), et 65 en HTA (26,5 Gwh).

Les résultats sont attendus dans les prochaines semaines.

Le SDEF prépare un nouvel appel d'offres, visant cette fois-ci les tarifs bleus (7.767 sites pour 56,5 Gwh). Au total, les achats d'électricité concernent donc 8.500 sites finistériens pour 143,5 Gwh par an.



0  Réaction(s) › Lire
ENI vise 500.000 clients en plus en 2017
Ouverture des marchés | 2015-10-15 16:46:00 | Administrateur 'Energie 2007'
ENI lancera son offre électricité à partir de 2016, indique le fournisseur dans un communiqué. Hier, en marge de Gazélec, les représentants d'ENI estimaient être en mesure de se positionner sur des appels d'offres avec bascule début 2017. En 2017, ENI vise un portefeuille de 500.000 clients supplémentaires, pour un total de 1,4 million en 2018.

Faisant état d'un "mouvement d'ouverture salvateur et engageant", la concurrence s'accélérant "nettement (...) avec la fin des tarifs réglementés pour les professionnels", qui se traduit notamment par "d'importants marchés publics (...) remportés par des fournisseurs de gaz alternatifs", ENI observe un "réveil (...) encore bien timide" chez les particuliers.

Tout n'est pas rose en ce bas monde et le fournisseur évoque 
"des décisions réglementaires restrictives et contraignantes", comme les certificats d'économie d'énergie (qui crispent également l'ANODE et l'AFIEG), consacrés à la précarité énergétique. Pour Daniel Fava, directeur général d'Eni Gas & power France, "la décision d'augmenter le volume en créant les CEE précarité énergétique a été prise sans concertation avec les fournisseurs, or les modalités de mise en œuvre et l'impact économique sur leur budget sont lourds et coûteux." Il en résulte une "hausse de la facture de chaque client" assorti d'un avantage pour le fournisseur historique qui a "déjà tissé des relations avec des bailleurs sociaux et des réseaux d'installateurs."

ENI s'interoge aussi sur la pertinence du dispositif de stockage, destiné "anticiper une catastrophe climatique" qui statistiquement "ne peut se produire qu'une fois tous les 50 ans." et fustige l'extension de la CSPE (Contribution au service public de l'électricité) : "l'adoption de cette mesure se solderait par un surcoût conséquent pour les consommateurs de gaz. En effet, cela augmenterait la facture du gaz naturel de 10% !"



0  Réaction(s) › Lire
Le SIPPEREC retient Direct énergie, EDF et Alterna-Terralis
Ouverture des marchés | 2015-10-15 12:14:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Le groupement de commandes d'électricité du SIPPEREC vient d'attribuer les marchés subséquents à plusieurs fournisseurs pour une durée de 2 ans, au profit de ses 553 adhérents. Les lots concernent le renouvellement de marchés déjà attribués mais aussi des marchés visant de nouveaux adhérents dans le cadre de la fin des TRV.

Les fournisseurs retenus :

- Tarifs "bleus bâtiments" : Direct Energie au profit de 350 adhérents (21.400 PDL) sur la base d'une baisse moyenne de la facture TTC de l'ordre de 9,6% par rapport aux TRV, soit 2,8 millions d'euros par an ;
- Tarifs "jaunes et verts" : EDF et Alterna-Terralis, au profit de 101 nouveaux adhérents au groupement (1.230 PDL) pour une économie de l'ordre de 11,26% par rapport aux TRV, soit une facture réduite de 2,09 millions d'euros par an.

Ces résultats complètent les précédents marchés attribués en début d'année 2015:
- "Fourniture d'électricité « Jaunes et Verts AC1» : marché de 2 ans du (01/01/16 au 31/12/17) attribué à EDF (4 Lots) GDF-Suez (2 Lots) et Direct énergie (2 Lots), pour 7.400 points de livraison, 1,4 TWh de consommation annuelle et un gain moyen mesuré de 13,35 % sur la facture;
- Fourniture d’électricité « bleu éclairage public » : marché de 2 ans du (01/01/15 au 31/12/16) attribué à Direct énergie pour 7.700 points de livraison (147 GWh par an) et un gain moyen mesuré de 8,43 % sur la facture."

Le groupement de commandes du SIPPEREC fédère désormais les besoins de quelque 43.000 contrats, avec un volume de consommation annuelle de plus de 2 TWh. le montant global est estimé à 224 millions d'euros (sur la base des TRV). Les gains financiers attendus sont de l'ordre de 23,7 millions d'euros en 2 ans.
0  Réaction(s) › Lire
Aude : le SYADEN retient EDF
Ouverture des marchés | 2015-10-15 10:43:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Le Syndicat audois d’énergie (SYADEN) a attribué les marchés pour la fourniture d’électricité, dans le cadre d'un groupement d’achat de 117 acheteurs publics (tarifs jaunes et verts), 380 sites, à EDF.

Le contrat porte sur une durée de 2 ans, un volume global de 36 GWh et permettra de réaliser une économie moyenne de 33% sur la fourniture (15% par rapport aux tarifs réglementés de vente).
0  Réaction(s) › Lire
Gazélec: des acheteurs gaz plus avisés?
Ouverture des marchés | 2015-10-14 15:04:00 | Administrateur 'Energie 2007'

Suite et fin du
forum Gazélec, avec la table-ronde "acheteurs versus fournisseurs.

Des acheteurs gaz plus avisés? C'est l'avis de Jean-François Deaubonne (Gas natural Fenosa): "Les acheteurs mettent de plus en plus en concurrence les fournisseurs, avec des niveaux de consommation de plus en plus bas. Il n'est pas rare de se retrouver en concurrence à 4 ou 5 fournisseurs pour un marché de quelques GWh."


Un marché compliqué
Guillaume Champvillard (SIGEIF): "notre objectif est de comprendre la formation des prix afin de pouvoir jouer notre rôle d'interface auprès des membres du groupement de commandes. On devra intégrer le stockage pour notre appel d'offres 2019." Pour les collectivités, la demande est celle du "meilleur prix mais surtout de la visibilité. On a de plus en plus de gens qui nous rejoignent en nous demandant comment on se situe par rapport au prix dont ils disposent déjà."


Prix fixe, prix indexé?
Carine Liaigre (Manitou): on opte pour le prix fixe. le révisable, c'est considéré comme de la loterie.
> Jean-François Deaubonne: "Que vous fassiez du prix fixe ou des swaps à différentes périodes de l'année, le risque est le même."
Guillaume Champvillard: le prix fixe offre l'avantage de la "simplicité. Mais il faut savoir gérer la "marche d'escalier" entre deux marchés."
Jean-Luc Guénégo (Totalgaz): Les prix indexés permet de s'affranchir de la "question du bon jour pour toper les offres."
Jean-François Deaubonne: "On voit encore des appels d'offres publics avec des prix fermes à trois semaines..."


CEE
Hugues Sartre (GéoPLC): "Le coût de l'obligation des économies d'énergie auprès des personnes en situation de précarité, personne ne peut l'évaluer. Un de nos actionnaires, Intermarché, obligé pour ses ventes de carburants, l'estime à un milliard d'euros. Il y a un vrai enjeu de transparence et de visibilité sur ce sujet." Et, comme le décret s'arrête en 2017, il est impossible de prévoir le coût au-delà. Stable? "Multiplié par 3? Par 4?"
> Jean-François Deaubonne: "Je ne peux pas vous laisser dire qu'on répercute les coûts des CEE dans nos offres aux industriels, sinon, on les perdrait. On essaie de n'impacter que les clients concernés."
> Jean-Serge Salva (SIGEIF, de la salle): "Intégrer le coût des CEE dans les appels d'offres publics n'az pas de sens - c'est diff"érent du stockage. Il faut soulever la question réglementaire: qui est le redevable du CEE? Ce n'est pas le consommateur final."
> Hugues Sartre: la loi prévoit que ce coût est "répercuté au consommateur final."




-------------

Et, pour le goûter...






0  Réaction(s) › Lire
(un peu plus de) Gaz(et un peu moins d')élec
Ouverture des marchés | 2015-10-14 10:38:00 | Administrateur 'Energie 2007'

Deuxième journée de
Gazélec Paris, et cette fois on papote entre gaziers. Propos choisis.


100% EnR?
Il ne faut "pas oublier que ce sont les énergies fossiles qui ont accompagné notre essor industriel", a affirmé Jérôme Ferrier, président de l'AFG. Même dans un "avenir prévisible, en 2050, en 2100, il y aura des énergies fossiles..." On ne peut pas imaginer à court terme un monde utilisant à 100% des énergies renouvelables. Tenir de tels propos est "irresponsable, irrationnel." A l'avenir, le gaz, "énergie fossile la moins polluante", aura "toute sa place "dans le mix énergétique.

Biométhane
Jérôme Ferrier : Il y a 15 unités de "biogaz : une seul injecte dans le réseau, les autres font de la distribution locale. GrDF a environ 400 projets dans ses cartons. Il y a un problème administratif à régler - ce n'est pas un sujet simple". Il plaide pour un "geste fiscal".

(Elargissement de la) CSPE (au gaz)
Plaidant pour une CSPE qui finance les EnR électriques assise sur les consommateurs électriques (et non étendue au gaz), Jérôme Ferrier indique avoir rencontré les cabinets de Michel Sapin et Christian Eckert, à cet effet.
Et le cabinet de Ségolène Royal ?, interroge l'animateur.
"On est allés là où on pense que ça se joue."

Philippe Vedrenne (Engie): "chaque énergie doit supporter ses propres externalités. J'entends dire que la charge des énergies renouvelables est trop lourde pour l'électricité, mais il n'y a qu'en France qu'on dit ça! Et la charge est de 6 milliards d'euros, contre 20 milliards en Allemagne (...). Que veut-on faire?Taxer des gens qui se chauffent au gaz pour qu'ils passent à l'électricité?" Et augmenter la demande de pointe? Dénonçant ce paradoxe: "le chauffage électrique repose sur le nucléaire et on veut développer les renouvelables pour réduire la part du nucléaire..." Et après? "On ne va quand même pas financer le démantèlement des centrales nucléaires par des taxes sur la gaz...?"


Sécurité d'approvisionnement
Olivier Massole (IFPEN) : la diversité des sources d'approvisionnement "minimise les risques politiques." 
Jérôme Ferrier (AFG) : Les "gaz non conventionnels" (de schiste) se trouvent partout. Alors que les réserves de gaz conventionnel sont pour l'essentiel situées dans 4 pays (Russie, Qatar, Iran, Turkménistan). Le gaz est "attractif partout dans le monde, sauf en Europe. On laisse l'Allemagne et la Pologne, par manque de courage politique, développer des centrales au charbon." 


Interconnexion France-Espagne  (projet MidCat)
Sophie Remont (DGEC) s'interroge sur des "investissements lourds" et Philippe Vedrenne (Engie) estime qu'il s'agit d'un "projet inutile et coûteux" qu'il semble pourtant "difficile d'arrêter." Plus tôt, Olivier Aubert (GRT gaz) avait plaidé pour des projets faciles et à moindre coût, comme le raccordement à la Suisse qui, "jusqu'à présent, fonctionnait dans un seul sens." Il y a "un consensus en France" sur ce sujet, estime Dominique Jamme (CRE) qui souligne "l'important renforcement des capacités d'entrée" en France ces dernières années (2 terminaux méthaniers, France Allemagne...). Mais il invite à réfléchir à l'échelle de l'Europe, avec des questions comme la situation en Ukraine. En rappelant les engagements quadripartites (Espagne, Portugal, France, Commission européenne) pris cette année.






0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 11 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS