Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
16 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




L'industrie pétrolière française en 2016 et perspectives
Hydrocarbures | 2017-03-07 15:16:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Francis Duseux, Président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), a présenté ce matin, à l'occasion d'une conférence de presse, la situation de l'industrie pétrolière française en 2016 et ses perspectives d'avenir.

A l'échelle globale, le mix énergétique de 2040 devrait voir la part du gaz et des énergies renouvelables augmenter, celle du charbon diminuer tandis que les hydrocarbures conserveront une part majeure. Francis Duseux fait remarquer que la demande en électricité est vouée à augmenter fortement jusqu'en 2040 (environ 23TWh en 2020, 33 en 2040).

Le Président de l'UFIP note que le pétrole est le carburant le plus utilisé en France en terme de transport. Depuis 2016, les consommateurs achètent essentiellement des voitures à essence, plus économiques en terme de coût. Cependant, Francis Duseux s'inquiète d'une hypothétique augmentation du prix du pétrole conjugué à celle des taxes qui lui sont appliquées dans la mesure où, précise-t-il "85% des Français ont besoin de leur voiture pour aller travailler, emmener leurs enfants à l'école ou faire les courses".

On constate que l'essence et le gazole font partie des produits les plus taxés en France :
- 0,51€/L HT pour le gazole, 1,27€ TTC (soit une taxe équivalente à 149% du prix HT);
- 0,52€/L HT pour le SP95, 1,41€ TTC (soit une taxe équivalente à 173% du prix HT).
Ce coût global supporté représente un gain de 34 milliards d'euros annuels pour l'Etat.

La hausse des taxes est amenée à se poursuivre jusqu'en 2030. 
L'augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) a entrainé une hausse cumulée de 12,3c€/L sur le gazole depuis 2014, TVA comprise (hausse estimée à 34,4c€/L en 2030).

De plus, la fiscalité française fait baisser la compétitivité de ses raffineries puisqu'une tonne de pétrole brut traité connaît un surcoût de 14€/t par rapport à une raffinerie américaine, soit un surcoût global de 700 millions d'euros/an (50 millions de tonnes traitées annuellement).

Enfin, Francis Duseux condamne le blocage de l'attribution des permis de la part du gouvernement (aucun permis débloqué en 2016) alors que cela permettrait notamment de réduire le déficit commercial de la France. Pour lui, le gouvernement doit promouvoir le mix énergétique des 3 énergies piliers que sont le nucléaire, le thermique et les énergies renouvelables. 

Pour que l'énergie soit compétitive en France, voici les différentes préconisations de l'UFIP :
"- les objectifs doivent être évalués et soutenables pour l’économie française ;
- conserver une énergie à des prix et coûts compétitifs ;
- revoir la fiscalité énergétique et climatique dans une perspective internationale ;
- favoriser, au sein du gouvernement, les complémentarités entre économie, industrie et énergie ;
- accorder une vraie place à l’énergie dans le projet européen ;
- garantir à l’industrie une règlementation simplifiée dans un cadre européen ; 
- préserver la sécurité énergétique, acquérir une meilleure connaissance du sous sol, le valoriser sans atteinte à l’environnement ;
- valoriser les ressources maritimes."


Télécharger le dossier de presse


0  Réaction(s) › Lire

Gazélec 2016 : le gaz « durablo-compatible »
Hydrocarbures | 2016-10-12 10:00:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Deuxième journée de Gazélec 2016, avec une table-ronde réunissant Jérôme Ferrier (AFG), Guillaume Sainteny (Agros ParisTech) et Catherine Brun (GRT Gaz). Extraits.

Changement climatique
Guillaume Sainteny (Agro Paris Teh) : "Le changement climatique a de nombreux impacts. Ainsi, est la septième cause de réduction de la diversité. Il peut aggraver des phénomènes existants. La France est en contentieux avec Bruxelles sur tous les sujets environnementaux, sauf le changement climatique, où elle est considérée comme une bonne élève." 

Guillaume Sainteny : "Le tarif social du gaz est très bien d'un point de vue social, mais pas d'un point de vue environnemental. Il faudrait réorienter les aides vers les économies d'énergie - ça vaut également pour l'électricité. C'est un outil de justice sociale qui ignore les conséquences pour les générations suivantes, résultant du changement climatique. Ce type de mesures doit être précédé d'études d'impact, pour voir s'il est possible d'agir autrement. En l'occurrence, la Loi permet d'aller vers autre chose, avec le chèque énergie."

Guillaume Sainteny : "La fiscalité écologique n'est pas punitive car elle est comportementale. Une écotaxe qui rapporte de l'argent a échoué. Lorsqu'elle réussit, elle ne rapporte rien car les gens ont changé leurs comportements."

Jérôme Ferrier (AFG) : "S'il y a une taxation du CO2, elle doit se faire au niveau européen."


Chacun cherche sa transition
Guillaume Sainteny : "On n’a jamais défini ce qu’est la transition énergétique. Si on pose la question, il y aura sûrement dans cette salle autant de réponses que d’individus. Certains voudront du 100% renouvelable, d’autres supprimer les énergies fossiles, certains les énergies et le nucléaire, d’autres développer le renouvelable en excluant l’hydraulique, qui pose des problèmes de biodiversité…"


OPEP

Guillaume Sainteny : "On subventionne bien plus les énergies fossiles (490 milliards après impôts) que les renouvelables. Cela concerne esssetiellement les pays du sud. Si on supprimat les subventions dans les pays producteurs de pétrole, les énergies renouvelables deviendraient immédiatement compétitives."


G20
Jérôme Ferrier (AFG) : "Il y a actuellement une conjonction extrêmement favorable pour le gaz. Dans la résolution 24 du G20 de Hangzhou, il est prévu de renforcer la coopération dans l’extraction et l’exploitation du gaz naturel, car il est la moins émettrice des énergies fossiles. Nous avons réussi à promouvoir l’idée que le gaz est la seule énergie fossile « durablo-compatible. »"
> L'AFG publiera prochainement son scénario AFG 2030.


Le vert à moitié plein
Catherine Brun (GRT Gaz) : "Quand on dit EnR, tout le monde entend électricité renouvelable..."


Mobilités propres

Catherine Brun : "Il ne faut pas opposer mobilité électrique et mobilité gaz. Il y a une place pour chacune de ces énergies avec des usages bien particuliers. Il faut aussi s'interroger sur l'impact pour les réseaux du développement des voitures électriques. Tout le monde veut des recharges rapides. Cela a un impact considérable sur le réseau. Dans le cas de la mobilité gaz, les réseaux sont prêts."


Le lapsus

Après une longue digression sur les désavantages du chauffage électrique, Jérôme Ferrier (AFG) conclut d’un vibrant :
"Continuer à encourager le chauffage au gaz en France est une aberration."
Silence… Rires dans la salle.
Jérôme Ferrier : "Ça prouve que les gens suivent!"


EDF

Et puisqu'on ne peut parler de gaz sans penser à l'électricité...
Guillaume Sainteny : "EDF était une entreprise tellement grosse et un monopole qu'il n'y a pas eu de contrôle politique pendant des années. Les choses sont en train de changer."
0  Réaction(s) › Lire
Livre blanc : 10 propositions de l'AFG
Hydrocarbures | 2016-09-27 09:18:00 | Administrateur 'Energie 2007'
L'Asssociation française du gaz publie un livre blanc assorti de 10 propositions,  afin de sensibiliser, "à l’approche d’échéances électorales majeures pour notre pays (...), aux défis que l’industrie gazière française est prête à relever pour emprunter la voie d’un futur moins carboné."

> Cliquez
ici pour télécharger le livre blanc 2016 de l'AFG (attention: document PDF de 5 Mo).

------------------
Synthèse des 10 propositions de l’industrie gazière:

"01. Promouvoir toutes les énergies renouvelables
Création par l’Etat d’un fond de garantie à l’investissement en matière de gaz renouvelable.

02. Réussir la transition énergétique dans les territoires
Aider à la mise en place des projets d’économie circulaire dans les territoires (mobilité au biogaz, méthaniseurs,…).

03. Améliorer la qualité de l’air par la mobilité propre
Mettre en place un comité de pilotage regroupant les acteurs publics et privés, et dédié à l’usage du gaz dans la mobilité terrestre et maritime.


04. Réduire les émissions de gaz à effet de serre
Stimuler l’usage du gaz en remplacement du charbon et du fioul par la fixation d’un prix plancher européen du carbone avec une visibilité sur son évolution dans le temps.

05. Réduire les consommations d’énergie des logements
Favoriser la rénovation des systèmes de chauffage dans un cadre fiscal et réglementaire stable, simple et pérenne.

06. Contribuer à la lutte contre la précarité énergétique
Mettre en place une « prime à la casse » pour le remplacement de chaudières anciennes par des chaudières à gaz performantes dans les logements occupés par des personnes en situation de précarité.

07. Contribuer à la sécurité énergétique de la France
Favoriser la pérennité et inciter l’utilisation des infrastructures françaises déjà existantes pour un mix énergétique efficient.

08. Rendre la fiscalité énergétique plus efficace
Garantir pour une période de 10 ans le maintien de l’écart fiscal entre le gaz carburant et les carburants traditionnels.

09. Contribuer au stockage d’énergie, en accompagnant l’essor des énergies renouvelables
Donner une impulsion forte au développement du Power-to-Gas en aidant au développement de démonstrateurs pour la valorisation des surplus d’électricité d’origine renouvelable.

10. Promouvoir l’innovation
Soutenir l’innovation en doublant la part des budgets publics recherche et développement dédiée au gaz."


0  Réaction(s) › Lire
Stockage du gaz: l'AFG s'impatiente
Hydrocarbures | 2016-09-08 16:55:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans un communiqué, l'Association française du gaz "appelle à une reprise rapide des discussions sur la réforme de l'accès au stockage de gaz naturel", observant que la publication de l'ordonnance prévue par la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte, n'a pas encore été faite, alors qu'elle était annoncée pour août 2016 (après "18 mois de travail").

Rappelant que la régulation du stockage doit intervenir le 1er janvier 2017, l'AFG estime que l'absence de texte "place tous les acteurs en situation de forte incertitude, notamment à court terme pour la commercialisation des capacités de stockage 2017-2018." La question intérese en effet les fournisseurs, mais également les acheteurs, notamment les acheteurs publics qui ne savent s'il faut ou non intégtrer le stockage dans les appels d'offres (NDLR). 

L'AFG craint un "retrait du texte (qui) serait préjudiciable à la sécurité d'approvisionnement du territoire et au bon fonctionnement du marché du gaz."

Elle "appelle donc l'Etat à reprendre le fil du processus de réforme." 

L'AFIEG a publié un communiqué similaire.

0  Réaction(s) › Lire
Concurrence: feu vert au rachat de Totalgaz par Antargaz
Hydrocarbures | 2015-05-18 11:40:00 | Administrateur 'Energie 2007'
L'Autorité de la concurrence a donné son feu vert au rachat de Totalgaz par UGI (Antargaz). Le rachat ne concerne que l'activité GPL (qu'il soit conditionné [vendu en bouteilles], carburant, vendu en petit vrac [destiné à alimenter les citernes de particuliers] ou en gros et moyen vrac [destiné à alimenter les citernes de professionnels]), nous confirme l'Autorité - ce qui exclut donc l'activité de fourniture de gaz naturel du groupe Total.

Ce rachat "renforcera significativement la présence d'Antargaz au niveau national", est-il observé. "A l'issue de l'opération, la nouvelle entité contrôlera les deux principaux dépôts d'importation maritime situés dans le nord de la France (Donges et Norgal) ainsi que le seul dépôt d'importation situé dans le sud-ouest (Cobogal)." S'y ajoute un accord d'approvisionnement avec Total, ainsi que de "fortes positions" dans le marché du GPL en vrac.

Aussi l'Autorité pose-t-elle des conditions au rachat de Totalgaz: cession d'une partie du capital des dépôts d'importation maritime de Norgal (cession des parts d'UGI à Butagaz via le principe de «fix it first») et Cobogal (10%), contrat d'approvisionnement avec les raffineries du groupe Total limité à une année, cession de six dépôts de stockage intermédiaire et ouverture du capital de deux autres dépôts dans le marché du petit vrac.

Cliquez
ici pour consulter le communiqué et attendez encore un peu pour lire la décision complète.




0  Réaction(s) › Lire
Baisse des prix du pétrole : Terra Nova présente son rapport
Hydrocarbures | 2015-05-12 10:27:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Lors d'une conférence de presse, Terra Nova a présenté une note intitulée "baisse des prix du pétrole : aubaine économique, défi écologique" rappelant que "les importations nettes de prétrole coûtent environ 52 milliards d'euros par an à la France".

Terra Nova propose de :
"- réformer la fiscalité énergétique pour inciter les ménages et les entreprises à se prémunir contre les futures hausses du pétrole et favoriser la transition énergétique. Une action harmonisée au niveau européen permettrait en outre de faire de la réforme de la fiscalité énergétique un outil vertueux de réduction des déficits publics ;
- affecter les gains pour l'Etat tirés de la baisse du pétrole pour moitié au désendettement et pour moitié à un "fonds vert" ayant pour objet d'investir dans la transition énergétique et les infrastructures de transport et auquel pourraient ainsi être dotés de plus de 3Mds € par an ;
- accompagner ménages et entreprises dans la transition énergétique, en réformant le bonus-malus automobile et la fiscalité appliquée aux entreprises en matière d'achat de carburants et de véhicules."

Télécharger le rapport
0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS