Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
16 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




5 colonnes montantes à la une
Réseaux | 2017-03-22 14:50:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Pendant qu'un rapport du législateur sur les colonnes montantes sommeille dans les entrailles de la République...

Peut-être plus pour si longtemps.

Le Médiateur national de l'énergie se fait l'écho d'une "très prochaine publication", en soulignant qu'il "continue de travailler sur le sujet", ayant confié à 
Pierre Sablière, consultant en droit de l’énergie, des "recherches sur les colonnes montantes. En consultant les archives, il a trouvé les travaux préparatoires du décret de 1946 qui confortent la présomption d’appartenance des colonnes montantes d’électricité au réseau public de distribution." 

EDF devrait ouvrir ses archives, estime Pierre Sablière, pour qui il apparaît clairement:

"- que l’intention du législateur était bien d’incorporer, par voie de nationalisation, et par le seul effet de la loi, tous les ouvrages nécessaires à la distribution de l’électricité sans exception (contrairement au secteur de la production où certaines installations en étaient exemptées), les transferts pouvant être valablement réalisés par voie réglementaire comme le précise les articles 6 et suivants de la loi. C’est donc bien la méthode qui a été retenue pour ce qui est des colonnes montantes dans la mesure où, comme le précise l’exposé des motifs du décret du 8 novembre 1946, elles «concourent sans aucun doute, au même titre que les autres ouvrages de la concession, à l’exercice du service public et doivent donc être soumis au même statut juridique».

- que l’exception concernant les propriétaires ne visait que ceux d’entre eux qui faisaient le choix de les conserver malgré l’interdiction de percevoir des redevances. Ce choix devait donc être porté à la connaissance des concessionnaires et si la déclaration prévue à l’article 3 du décret, exigée à peine de forclusion, ne semble concerner que le versement des indemnités en cas d’incorporation, la rédaction de l’avis du 18 juin 1946 semble l’exiger de tous et aurait donc également été destinée à faire connaître ce choix. Il serait souhaitable, à ce sujet, qu’EDF ouvre ses archives ce qui permettrait peut-être de connaître dans quelle proportion des propriétaires ont fait le choix de conserver leurs colonnes montantes, estimant les indemnités insuffisantes."


Cliquez ici pour consulter la note "La propriété des colonnes montantes d’électricité, un nécessaire retour aux sources" (Il y est question des "abus des «colonnards»", ça devrait vous mettre en appétit).


-------------------------
Sur le site du MNE, on trouvera aussi une page dédiée aux colonnes montantes ainsi qu'une fiche pratique à destination de copropriétés.


0  Réaction(s) › Lire
GRDF a posé 130.000 compteurs Gazpar
Réseaux | 2017-03-09 09:29:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans une conférence de presse consacrée aux résultats annuels de GRDF, Edouard Sauvage, directeur général, a annoncé que le distributeur avait installé "130.000 compteurs communicants gaz dans 4 zones pilotes. 600.000 le seront en 2017." La généralisation du déploiement est attendue à partir de mai 2017 pour se conclure en 2023.

Il a par ailleurs indiqué qu'en 2016 GRDF avait "investi 762 millions d'euros pour le développement, le renouvellement et la sécurité du réseau de gaz naturel." 

A ce jour, 26 sites injectent du biométhane dans les réseaux de distribution pour une production de l'ordre de 215 GWh, soit... 0,05% de la consommation totale. Néanmoins, "241 projets sont à l'étude." Et, d'ici 2020, quelque 250 stations publiques de GNV et bioGNV devraient être opérationnelles. 


------------------

Vous trouverez ci-après le communiqué de GRDF (résultats 2016 et  perspectives 2017).

"Ce matin, lors de la conférence de presse annuelle tenue au siège de l’entreprise, Edouard Sauvage, Directeur Général de GRDF, a dressé le bilan de l’année 2016 et exposé les perspectives stratégiques pour l’année 2017.

« Le gaz naturel fait entièrement partie du mix énergétique nécessaire pour la transition énergétique tant par sa dimension environnementale, que sociétale et économique. » a souligné Edouard Sauvage lors de la présentation des résultats financiers pour l’année 2016 du principal opérateur du réseau de distribution de gaz naturel en France.

GRDF affiche un chiffre d’affaires de 3 621M€ (en hausse de 6,2 % par rapport en 2015) et un résultat net de 302M€. « L'évolution du résultat net s’explique principalement par un effet climat favorable, l’année 2016 ayant été plus froide que la moyenne des années précédentes. » a commenté Edouard Sauvage.

De bons résultats caractérisés par des investissements en progression de 2,2 % par rapport à l’année dernière et qui s’élèvent à 762M€ consacrés au développement, au renouvellement et à la sécurité du réseau. « Les investissements sont en augmentation, c'est une tendance qui se confirmera dans les prochaines années. Ils ont toujours été une priorité pour GRDF et les efforts de productivité qui nous sont demandés dans le cadre du tarif ATRD5, entré en vigueur en juillet dernier, ne sont pas faits à leur détriment. » a-t-il ajouté.

Autre enjeu de GRDF : la sécurité. Malgré une augmentation significative du nombre de chantiers sur le territoire (et donc la multiplication du nombre d’ouvertures de chaussées), avec 2 980 dommages aux ouvrages cette année, le taux de survenance de ceux-ci est en baisse constante depuis 2010. L’objectif affiché reste donc le même : descendre sous la barre des 2 600 dommages aux ouvrages d’ici à 2018.

Autre motif de satisfaction, avec 16 500 clients supplémentaires raccordés au réseau exploité par GRDF, 2016 a été une année record. « Si 2015 était une belle année, avec 1 610 clients supplémentaires, en 2016 nous avons dépassé en 1 an l’objectif fixé sur 3 ans ! » Un vrai succès que GRDF entend consolider puisqu’un nouvel objectif de 10 000 clients supplémentaires chaque année pour les deux prochaines années a été fixé. Plus largement, l’augmentation du nombre de clients raccordés au gaz témoigne de la pertinence de cette énergie puisque de plus en plus de gens en font le choix et en sont satisfaits. Le gaz naturel étant notamment redevenu l’énergie préférée des Français pour le chauffage (28 %, + 1 point par rapport à 2015) d’après une étude du Credoc1.

Au-delà de l’année 2016, GRDF se tourne vers 2017 avec de grands projets.

Tout d’abord, en annonçant que le déploiement généralisé des compteurs communicants gaz débutera le 1er mai 2017 et se poursuivra jusqu’en 2023 afin d’équiper ses 11 millions de clients. En 2016, plus de 130 000 compteurs ont été installés dans 4 zones pilotes permettant ainsi de récupérer automatiquement les indices de consommation des clients. Ces pilotes ont également été l’occasion de tester les outils de mise à disposition des données auprès des premiers clients qui ont déjà eu l’occasion de visualiser leur consommation quotidienne.

« Cette phase pilote s’est bien passée, grâce notamment à la concertation avec les collectivités territoriales, les associations de consommateurs et les différents acteurs de la filière depuis le début du projet. » a insisté Edouard Sauvage. En 2017, près de 600 000 compteurs seront déployés dans une trentaine de collectivités sur tout le territoire.

Afin de professionnaliser encore davantage ses prestations, GRDF transforme son organisation pour faire bénéficier ses clients d’équipes 100 % dédiées à l’exploitation du réseau de gaz. 2016 a été l’année des premières expérimentations de la nouvelle organisation des activités d’intervention avec 500 salariés travaillant déjà au sein des nouvelles agences et testant le nouveau modèle d’organisation ainsi que les nouveaux outils mis à leur disposition. D’ici au 31 décembre 2017, près de 4 000 techniciens devraient basculer dans cette nouvelle organisation. Les prochains mois verront la poursuite des concertations avec les organisations syndicales, pour un déploiement généralisé en régions prévu au deuxième semestre 2017. « Une transformation qui conduit à l’émergence de nouveaux métiers, qui mêlent expertise gazière et relation client, soutenus par des technologies digitales innovantes. » a précisé Edouard Sauvage.

Enfin, en cette année marquée notamment par la multiplication des pics de pollution atmosphérique dans les grandes métropoles, le distributeur de gaz naturel a profité de cette conférence de presse pour demander aux candidats à l’élection présidentielle de prendre en compte l'intérêt du développement du GNV et du biométhane dans leur programme. Evoquant les perspectives de ces produits gaziers innovants, Edouard Sauvage a rappelé que « Le biométhane est aujourd’hui le seul gaz produit directement sur notre territoire et le potentiel est immense, son développement pourrait créer de 2 000 à 3 000 emplois directs à l’horizon 2020. »

Quant au GNV (Gaz Naturel Véhicules) et sa version 100 % renouvelable, le BioGNV, il constitue « un carburant économique, respectueux de la santé et de l’environnement, adapté au transport de marchandises et de personnes apportant une réponse particulièrement performante aux enjeux de qualité de l’air présents dans l’actualité récente. »

GRDF entend donc poursuivre la dynamique pour inscrire pleinement le gaz naturel et le réseau de gaz dans la transition énergétique pour laquelle l’infrastructure gazière démontre toute sa pertinence. « L’objectif majeur de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte est de décarboner notre énergie, nous avons impérativement besoin de bénéficier dans notre pays d’un mix énergétique équilibré, fondé sur la conviction que chaque énergie présente des avantages intrinsèques qu’il importe de combiner et d’optimiser. Or, la seule énergie stockable massivement aujourd’hui, c’est le gaz. » a conclu Edouard Sauvage."




0  Réaction(s) › Lire
Yonne: le premier pylône en zone blanche du plan THD
Réseaux | 2017-02-22 17:34:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Le Syndicat dépatemental d'énergie de l'Yonne a procédé à la mise en place du premier pylône de résorption des zones blanches, dans le cadre du plan très haut débit. Ce pylône alimentera en 2G, 3G et 4G la commune de Champcevrais, où il est implanté, et celles des alentours, jusqu'alors privées de téléphonie mobile.




Le financement est assuré par l'Etat, les communautés de communes et le SDEY.

Dans ce département, quelque 26 pylônes sont prévus dans un premier temps, et douze autres devraient suivre, tous installés sous maîtrise d'ouvrage déléguée du SDEY. L'Yonne compte 31 communes en zone blanche (sur les 268 visées par le plan THD).





0  Réaction(s) › Lire
Vague de froid: ric rac selon RTE
Réseaux | 2017-01-27 15:58:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Ouille, c'est pas passé loin... Selon RTE, il a fallu "faire face à une situation électrique délicate et inédite" ces derniers jours. Du froid plus intense que prévu, des capacités de production moins disponibles que prévu, de l'effacement moins mobilisable que prévu...
Vivement le printemps !

----------------

"Des marges électriques  exceptionnellement basses

Du 16 au 25 janvier, RTE a eu à gérer l’une des deux vagues de froid les plus délicates survenues depuis l’an 2000. L’équilibre entre la consommation et la production a pu être assuré grâce à la mobilisation de tous les moyens de production disponibles en France, aux importations, aux énergies renouvelables, à l’effacement et aux éco-gestes.

Avec des températures atteignant -6°C en dessous des normales de saison, des pointes de consommation plusieurs fois supérieures à 93 000 MW, et une disponibilité du parc de production réduite à 90 000 MW en moyenne, RTE a dû faire face à une situation électrique délicate et inédite pour maintenir l’alimentation électrique de la France durant la vague de froid.

Durant la semaine du 16 au 20 janvier, à la pointe du soir, l’Espagne (1352 MW en moyenne), la Belgique (1015 MW en moyenne) et l’Allemagne (772 MW) ont été les 3 pays les plus exportateurs vers la France. Le renforcement de la coopération entre les gestionnaires de réseaux européens, opéré au début de l’hiver, a permis d’augmenter les capacités d’importation sur chaque frontière.

Les énergies renouvelables ont couvert jusqu’à 17% de la consommation française (mercredi 18 et jeudi 19 janvier).

L’effacement, qui consiste pour certains clients volontaires à reporter leur consommation, a permis de réduire la consommation jusqu’ à 2200 MW, le mercredi 25 janvier, soit près de l’équivalent de la consommation d’une ville comme Paris intra-muros.

Durant cette vague de froid, plus d’un français sur deux a modifié ses habitudes électriques pour qu’il n’y ait pas de coupure d’électricité, selon un sondage Ifop réalisé pour RTE*. Ces gestes ont ainsi participé à la préservation de marges minimales.

L’ensemble de ces moyens, et la gestion en temps réel de RTE de l’équilibre fragile entre production et consommation, ont permis de ne pas recourir aux solutions graduelles exceptionnelles (Alerte Eco2mix, interruption de 21 sites industriels, baisse de la tension, coupures localisées, tournantes et limitées à 2H00) anticipées par RTE dès le mois de novembre pour pallier à l’indisponibilité de plusieurs réacteurs nucléaires.

En raison de la poursuite d’opérations de maintenance sur plusieurs moyens de production durant les prochaines semaines, et de la possibilité d’une nouvelle vague de froid, l’hiver reste placé sous forte vigilance par RTE.

* Sondage IFOP pour RTE réalisé sur un échantillon de 1000 personnes représentatives de la population."


0  Réaction(s) › Lire
Gaz : le stockage ? En fait, non.
Réseaux | 2016-10-12 11:19:00 | Administrateur 'Energie 2007'
La libéralisation du marché du gaz, au menu de la deuxième séance de la deuxième journée de Gazélec 2016.

Le stockage ! Le stockage !
Sophie Remont (DGEC) : "Je n'ai pas d'annonces à faire (...)."
Elle rappelle que le Conseil d'Etat a retoqué le projet élaboré par la DGEC. "On travaille toujours. La décision politiqe n'est pas encore prise. On ne pourra pas passer l'ensemble de la réforme dans le projet de loi de Finances. On réfléchit à améliorer le système dans le cadre législatif actuel..."

Fabrice Noilhan (EDF) : "Il faut sortir de l'incertitude. Cela a un impact sur nos offres commerciales. Va-t-on payer un prix basé sur des enchères ? Un prix négocié ? Plus élevé que le prix actuel ?" 

Cyril Vincent (Gaz de Bordeaux) : "Il y a un problème de visibilité. On nous annonce des changements, mais le calendrier est flou : est-ce avril 2017 ou avril 2018 ? On a déjà vécu cela avec la création des obligations il y a 3 ans, annoncées tardivement, impactant des contrats en cours..."

De la salle, représentant de TIGF : "Quand on travaille depuis des années pour construire un outil de stockage, ce n'est pas confortable. Être à trois mois d'une commercialisation sans savoir comment on va commercialiser. On n'est jamais dans un cadre stable." 

Dominique Jamme (CRE) : "Le régulateur est en charge du bon fonctionnement du marché. Quand on observe un dysfonctionnement du marché, la CRE n'est pas très à l'aise. On a tous travaillé dans une direction qui a été abandonnée. Les opérateurs de stockage ont joué le jeu en ouvrant leurs livres."

Sophie Remont : "Le travail qui a été fait n'est pas inutile. Le cadre présenté à la Commission leur a paru aller dans le bon sens. Le fait qu'il ne soit pas passé nous laisse dans le système actuel, ce qui ne leur convient pas."


Schiste
La position de Ségolène Royal est connue : ni production, ni exploration et donc... pas d'importation. Comment trier les molécules ? "Si on veut que le gaz soit un facteur de transition énergétique, il faut s'interroger sur la qualité environnemenale de cette énergie" (Corinne Berthelot, Engie). Fabrice Noilhan (EDF) souligne que "le gaz importé (GNL américain) répond à toutes les caractéristiques techniques exigées pour l'importation de gaz. C'est identique au gaz naturel. Il y a des déclarations douanières, très précises, y compris sur l'origine, à effectuer dans les 24h, et c'est ce que l'on constate au terminal méthanier de Dunkerque. EDF n'a pas importé du gaz américain, mais a signé des contrats qui le prévoient." Sophie Fremont observe que "c'est aussi un sujet qui peut avoir un impact sur l'acceptation du gaz dans la société." Cyril Vincent indique que cela fait partie des questions "posées souvent par les clients. «Est-ce que je peux avoir la certitude que je n’aurai pas de gaz de schiste chez moi ?» Ca revient plus souvent qu’on ne le croit."

0  Réaction(s) › Lire
GRT Gaz change de look
Réseaux | 2016-10-12 11:13:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Le gestionnaire du réseau de transport change (en douceur) de logo pour accompagner son "nouveau projet d’entreprise « GRTgaz 2020 », structuré autour de deux ambitions stratégiques pour l’entreprise :

- devenir un opérateur résolument engagé dans la transition énergétique ;
- et être reconnu comme un leader des infrastructures gazières en Europe."

Le logo s'orne de "couleurs, plus vives et énergiques" destinées à marquer "le développement progressif des gaz verts et des nouveaux usages du gaz (conversions dans l’industrie, mobilité…)." S'y ajoute une signature : « Connecter les énergies d’avenir. »

Cliquez
ici pour lire le communiqué.

0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS