Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
0 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




Turpe: 5, recours: 3
Combien ça coûte? | 2017-03-23 09:42:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Le feuilleton du cinquième Turpe se poursuit, indique Europ'Energies dans ses flashes du 21 mars, avec à ce jour trois recours :

- Le premier, émanant d'Enedis, a été déposé le 3 février 2017, devant le Conseil d’Etat, assorti d'une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). L’audience relative à cette QPC "en même temps que le recours en annulation, a eu lieu hier. La décision du Conseil d’Etat (sur le transfert ou non de la QPC au Conseil Constitutionnel) devrait être connue dans une à deux semaines, a précisé une porte-parole du Conseil d’Etat à Europ'Energies."

- Second recours, celui formé par le ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer le 10 mars. Il s'inscrit en prolongement du refus formulé initialement par la Ministre, le 17 janvier.

- Le troisième "vient d’être déposé par CFE-Energies (...). Le syndicat estime que, «en l’état, le Turpe 5 ne permet pas de garantir la continuité du service public»."

De son côté, l’Afieg, qui "regroupe des fournisseurs alternatifs d’énergie, demande que «l’incertitude pesant actuellement sur le Turpe 5 soit levée au plus vite»". Même demande du côté du CLEEE, interrogé par la lettre spécialisée, qui dénonce une "nouvelle étape (...) dans l’instabilité réglementaire." Les acheteurs d’énergie "espèrent «ne pas faire encore une fois les frais du désordre qui s’annonce, que ce soit en termes financiers (hausses supplémentaires) ou opérationnels (difficultés de bascule vers la nouvelle grille Turpe 5, problèmes de facturation de la part de nos fournisseurs, etc.)».".


-------------
Photo: au Conseil d'Etat, les réseaux électriques sont désormais enfouis et on ne craint plus les tempêtes.




0  Réaction(s) › Lire
1,44 €/MWh de capacité pour les ménages
Combien ça coûte? | 2017-03-13 17:46:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans son magazine Décryptages, la CRE chiffre l'impact du mécanisme de capacité pour les consommateurs.


"Le coût de la capacité est répercuté par les fournisseurs dans la facture d’électricité des consommateurs. Pour les consommateurs résidentiels aux tarifs réglementés de vente, cela représentera en moyenne, pour 2017, un coût de 1,44 €/MWh."


La CRE détaille également l'obtention des certificats par les fournisseurs.

"Les fournisseurs peuvent acquérir des certificats de capacité par le biais d’échanges de gré à gré ou via des enchères organisées par EPEX SPOT. Au 22 février 2017, 72,4 GW avaient déjà été contractualisés pour l’année de livraison 2017. La première enchère organisée a eu lieu le 15 décembre 2016. 29 fournisseurs et exploitants de capacité ont échangé 22,6 GW. Le prix moyen pour livraison en 2017 s’est établi à 10.000€/MW. 2017 étant la première année-test des enchères de capacités, le prix-plafond a été fixé à 20.000€/MW. Ce plafond est relevé pour les années suivantes : 40.000€/MW en 2018 et 2019, 60.000€/MW en 2020. À partir de 2021, le prix-plafond sera fixé selon une méthodologie, élaborée par la CRE, et devra refléter un coût permettant la construction de nouvelles capacités de pointe."

Cliquez
ici pour télécharger Décryptages n° 51 (mars 2017).


0  Réaction(s) › Lire
Bourse: l'Etat vend 231 millions de DPS, EDF chute de 6%
Combien ça coûte? | 2017-03-08 09:57:00 | Administrateur 'Energie 2007'
L'annonce de la cession par l'Etat de plus de 231 millions (1) de droits préférentiels de souscription a quelque peu refroidi les ardeurs des marchés, l'action d'EDF chutant de près de 6% à 8,09 euros vers 10h05, après un plus bas à 7,77 euros, la plus forte baisse du SBF120, succédant à une baisse de 3,58% hier.

La chute est encore plus élevée si l'on regarde le cours du DPS, détaché ce jour, et qui se
négocie aux alentours de 0,465 euro, après un plus bas à 0,395, très loin de son cours théorique de 0,77 euro. De fait, cette opération devant rapporter 92 millions d'euros, l'Etat entend vendre ses DPS aux alentours de 0,4 euro.

Néanmoins, compte tenu de sa participation, l'Etat dispose de bien plus de DPS que nécessaire pour l'engagement pris de souscrire à hauteur de 3 milliards d'euros à l'augmentation de capital d'EDF. De quoi relativiser les craintes des investisseurs quant à cette vente de DPS.

------------
1) 231.149.195 DPS.

0  Réaction(s) › Lire
Augmentation de capital d'EDF
Combien ça coûte? | 2017-03-07 15:00:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans un bref communiqué du ministère de l'Economie, l'Etat a confirmé sa participation à l’augmentation de capital d'EDF, lancée aujourd'hui et qui débutera le 8 mars. L'Etat souscrira à cette opération à hauteur de 3 milliards d'euros, sur un total de 4 milliards.

"Au travers de ce renforcement des fonds propres, le Gouvernement accompagne EDF dans sa stratégie de développement dans la production d’électricité décarbonée, transformation historique dans le cadre de la transition énergétique, et réitère sa confiance dans le management et les personnels de l’entreprise pour mener à bien cette évolution", indique Bercy.

D'un point de vue pratique, l'appel au marché doit être réalisé sur la base de trois actions nouvelles pour 10 actions existantes, avec un prix de souscription à 6,35 euros, soit une décote de l'ordre de 34% par rapport au cours de clôture de l'action le lundi 7 mars (9,618 euros). Les actionnaires recevront des droits préférentiels de souscription (DPS) qui seront cotés et échangeables à la bourse de Paris (code ISIN FR0013240322).

Selon EDF, "la valeur théorique du DPS est de 0,77 euro (étant rappelé que sa valeur évoluera notamment en fonction de l'évolution du cours de l'action EDF ex-droit), et la valeur théorique de l’action ex-droit s’élève à 8,92 euros."

Un DPS sera détaché de chaque action détenue et il faudra 10 DPS pour acheter 3 actions nouvelles. L'opération court jusqu'au 21 mars, en deux temps :
"- Période de négociation des droits préférentiels de souscription: du 8 mars au 17 mars 2017 inclus;
Période de souscription: du 10 mars au 21 mars 2017 inclus."


Le cours d'EDF a réagi de manière contradictoire et limitée au lancement de cette opération annoncée de longue date, hésitant entre la hausse et la baisse, entre 9,41 et 9,8 euros.


0  Réaction(s) › Lire
FACE: rapport sénatorial
Combien ça coûte? | 2017-02-28 16:00:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Jacques Genest, sénateur de l'Ardèche, a rendu public son rapport consacré à la gestion et à l’utilisation des aides aux collectivités pour l’électrification rurale.

> Cliquez
ici pour télécharger le rapport

Le rapport revient sur la transformation du FACÉ en compte d’affectation spéciale (CAS) en 2011, les difficultés techniques qui en ont résulté et un retour à la normale observé depuis deux, avec des délais d’instruction des dossiers et de paiement redevenus satisfaisants.


Le rapport se conclut par 16 propositions:

"- 1 : Évaluer l’opportunité d’inclure un critère de densité démographique dans les modalités de classement des communes en régime urbain ou rural de distribution d’électricité afin de mieux prendre en compte le caractère rural des communes;

- 2 : S’assurer de la bonne application des dispositions de la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte s’agissant de la méthode d’évaluation des besoins à l’occasion de l’inventaire de 2017 afin que les mesures de la qualité de l’électricité effectuées par les AODE puissent être prises en compte;

- 3 : Regrouper la conférence départementale relative aux investissements prévue par la « NOME » et la conférence départementale d’évaluation des besoins du FACÉ;

- 4 : Autoriser jusqu’à 30 % de fongibilité des crédits entre les sous-programmes du FACÉ afin d’assurer une gestion plus souple des aides en cours d’année;

- 5 : Changer les modalités de calcul de l’enveloppe «extension des réseaux» afin de découpler son montant de celui de l’enveloppe «renforcement des réseaux»;

- 6 : Envisager, à terme, une fusion entre les sous-programmes «sécurisation des fils nus hors faible section» et «sécurisation des fils nus de faible section» voire «renforcement des réseaux» afin de simplifier les modalités de répartition des crédits du FACÉ; 

- 7 : Mieux informer les AODE des projets susceptibles d’être soutenus au titre du programme spécial du FACÉ par la réalisation d’un guide pratique comportant des exemples précis de projets subventionnés et l’organisation d’une réunion d’information; 

- 8 : Notifier les droits à subvention aux départements au plus tard au mois de février pour permettre aux AODE d’établir plus tôt leurs programmes de travaux pour l’année en cours; 

- 9 : Pour accroître la transparence de la gestion du FACÉ, communiquer aux AODE les résultats de l’inventaire réalisé sur l’ensemble du territoire ainsi que le détail de la répartition des crédits par département;

- 10 : Mettre en place un site internet dédié permettant aux AODE de transmettre leurs états prévisionnels de travaux et demandes de paiement et de suivre l’état d’avancement de leurs dossiers afin de fluidifier les échanges entre le ministère et les syndicats;

- 11 : Porter à 30 % le versement prévisionnel dont bénéficient les AODE pour les travaux commencés afin de réduire les difficultés de trésorerie qu’elles peuvent rencontrer; 

- 12 : Transmettre aux AODE des informations sur le coût moyen des travaux d’électrification rurale effectués selon une typologie spécifique pour leur permettre de comparer leur situation d’un département à l’autre;

- 13 : Réaliser tous les cinq ans un bilan de l’efficacité de l’utilisation des aides transmis aux AODE et rendu public;

- 14 : Au regard des importants besoins de travaux restant à financer, maintenir à niveau constant le montant des aides du FACÉ;

- 15 : Constituer un groupe de travail commun aux services du FACÉ et aux représentants des AODE pour réfléchir à une possible adaptation des règles de répartition des aides dans les zones non-interconnectées (ZNI);

- 16 : Élargir à terme les aides du FACÉ au soutien à la transition énergétique en milieu rural (rénovation de l’éclairage public, raccordement des énergies renouvelables, etc.)."



0  Réaction(s) › Lire
Etude: santé financière des producteurs d'électricité
Combien ça coûte? | 2017-02-15 14:49:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Colombus consulting a analysé les stratégies de 15 électriciens européens. Le cabinet constate une évolution en profondeur des activités, où la diversification est un paramètre essentiel, avec des orientations stratégiques diverses :

"• ENGIE met en avant la refonte de sa stratégie vers des activités bas-carbone (dépréciation des actifs de production thermiques, rachat d’acteurs du renouvelable, promotion d’un mix énergétique basé sur les énergies renouvelables et le biogaz).
• E.ON a acté la séparation des actifs qui produisent du CO2 et scindé l’entreprise en deux entités distinctes où E.ON conserve le périmètre renouvelable, nucléaire et réseau.
• RWE a fait le choix contraire en se séparant de ses activités Renouvelable, Transport et Distribution.
• EDF concentre ses investissements sur la prolongation de son parc nucléaire (Grand Carénage) et la construction d’EPR (Flamanville, Hinkley Point)."

En conclusion, Colombus consulting définit trois modèles stratégiques dominants" :
- pérennisation de l'activité des producteurs d'énergies renouvelables;
- diversification voire recentrage des acteurs historiques vers le renouvelable;
- recentrage des acteurs historiques vers leurs actifs de production historiques.

Les conditions de succès divergent: subvention dans les EnR, gestion des pertes financières, soutien de l'Etat au nucléaire... mais tous les modèles reposent sur une hausse des prix du CO2 et de l'électricité :-) 

Cliquez
ici pour consulter la synthèse de l'étude "santé financière des producteurs d'électricité."


0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS