Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
7 Réaction(s) › Lire

 
Centre - Chargé de mission achats d'énergies
› Participez
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




L'industrie pétrolière française en 2016 et perspectives
Hydrocarbures | 2017-03-07 15:16:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Francis Duseux, Président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), a présenté ce matin, à l'occasion d'une conférence de presse, la situation de l'industrie pétrolière française en 2016 et ses perspectives d'avenir.

A l'échelle globale, le mix énergétique de 2040 devrait voir la part du gaz et des énergies renouvelables augmenter, celle du charbon diminuer tandis que les hydrocarbures conserveront une part majeure. Francis Duseux fait remarquer que la demande en électricité est vouée à augmenter fortement jusqu'en 2040 (environ 23TWh en 2020, 33 en 2040).

Le Président de l'UFIP note que le pétrole est le carburant le plus utilisé en France en terme de transport. Depuis 2016, les consommateurs achètent essentiellement des voitures à essence, plus économiques en terme de coût. Cependant, Francis Duseux s'inquiète d'une hypothétique augmentation du prix du pétrole conjugué à celle des taxes qui lui sont appliquées dans la mesure où, précise-t-il "85% des Français ont besoin de leur voiture pour aller travailler, emmener leurs enfants à l'école ou faire les courses".

On constate que l'essence et le gazole font partie des produits les plus taxés en France :
- 0,51€/L HT pour le gazole, 1,27€ TTC (soit une taxe équivalente à 149% du prix HT);
- 0,52€/L HT pour le SP95, 1,41€ TTC (soit une taxe équivalente à 173% du prix HT).
Ce coût global supporté représente un gain de 34 milliards d'euros annuels pour l'Etat.

La hausse des taxes est amenée à se poursuivre jusqu'en 2030. 
L'augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) a entrainé une hausse cumulée de 12,3c€/L sur le gazole depuis 2014, TVA comprise (hausse estimée à 34,4c€/L en 2030).

De plus, la fiscalité française fait baisser la compétitivité de ses raffineries puisqu'une tonne de pétrole brut traité connaît un surcoût de 14€/t par rapport à une raffinerie américaine, soit un surcoût global de 700 millions d'euros/an (50 millions de tonnes traitées annuellement).

Enfin, Francis Duseux condamne le blocage de l'attribution des permis de la part du gouvernement (aucun permis débloqué en 2016) alors que cela permettrait notamment de réduire le déficit commercial de la France. Pour lui, le gouvernement doit promouvoir le mix énergétique des 3 énergies piliers que sont le nucléaire, le thermique et les énergies renouvelables. 

Pour que l'énergie soit compétitive en France, voici les différentes préconisations de l'UFIP :
"- les objectifs doivent être évalués et soutenables pour l’économie française ;
- conserver une énergie à des prix et coûts compétitifs ;
- revoir la fiscalité énergétique et climatique dans une perspective internationale ;
- favoriser, au sein du gouvernement, les complémentarités entre économie, industrie et énergie ;
- accorder une vraie place à l’énergie dans le projet européen ;
- garantir à l’industrie une règlementation simplifiée dans un cadre européen ; 
- préserver la sécurité énergétique, acquérir une meilleure connaissance du sous sol, le valoriser sans atteinte à l’environnement ;
- valoriser les ressources maritimes."


Télécharger le dossier de presse


0  Réaction(s) › Lire

Augmentation de capital d'EDF
Combien ça coûte? | 2017-03-07 15:00:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans un bref communiqué du ministère de l'Economie, l'Etat a confirmé sa participation à l’augmentation de capital d'EDF, lancée aujourd'hui et qui débutera le 8 mars. L'Etat souscrira à cette opération à hauteur de 3 milliards d'euros, sur un total de 4 milliards.

"Au travers de ce renforcement des fonds propres, le Gouvernement accompagne EDF dans sa stratégie de développement dans la production d’électricité décarbonée, transformation historique dans le cadre de la transition énergétique, et réitère sa confiance dans le management et les personnels de l’entreprise pour mener à bien cette évolution", indique Bercy.

D'un point de vue pratique, l'appel au marché doit être réalisé sur la base de trois actions nouvelles pour 10 actions existantes, avec un prix de souscription à 6,35 euros, soit une décote de l'ordre de 34% par rapport au cours de clôture de l'action le lundi 7 mars (9,618 euros). Les actionnaires recevront des droits préférentiels de souscription (DPS) qui seront cotés et échangeables à la bourse de Paris (code ISIN FR0013240322).

Selon EDF, "la valeur théorique du DPS est de 0,77 euro (étant rappelé que sa valeur évoluera notamment en fonction de l'évolution du cours de l'action EDF ex-droit), et la valeur théorique de l’action ex-droit s’élève à 8,92 euros."

Un DPS sera détaché de chaque action détenue et il faudra 10 DPS pour acheter 3 actions nouvelles. L'opération court jusqu'au 21 mars, en deux temps :
"- Période de négociation des droits préférentiels de souscription: du 8 mars au 17 mars 2017 inclus;
Période de souscription: du 10 mars au 21 mars 2017 inclus."


Le cours d'EDF a réagi de manière contradictoire et limitée au lancement de cette opération annoncée de longue date, hésitant entre la hausse et la baisse, entre 9,41 et 9,8 euros.


0  Réaction(s) › Lire
Tempête Zeus: encore 220.000 foyers privés d'électricité
Pannes d'électricité | 2017-03-07 09:32:00 | Administrateur 'Energie 2007'

Nous publions un récapitulatif des coupures d'électricité (nous nous référons aux pics signalés par Enedis, les foyers encore non alimentés lundi soir ou ce mardi matin sont signalés entre parenthèses. Les pics non sourcés renvoient à notre
actu du 6 mars sur le même sujet, où figurent les liens). Le cumul des pics s'établit à 696.000 foyers privés d'électricité.

220.000 foyers encore privés d'électricité ce mardi 7 mars, "vers 09h30. "86.000 clients étaient sans courant en Auvergne-Rhône-Alpes, 53.000 en Bretagne et 52.000 en Nouvelle Aquitaine. Les deux tiers des foyers privés de courant au plus fort de la tempête ont retrouvé l'électricité en 24h, selon Enedis."

Au regard du déplacement de la tempête, il manque les données relatives à quelques départements probablement impactés: Aveyron, Bouches-du-Rhône, Gard, Lot, Lozère, Vaucluse, peut-être la Nièvre et la Saône-et-Loire.  


Ain: non chiffré.
Allier: 19.000 (10.000)
Ardèche: 3.954 (172)
Hautes-Alpes: non chiffré.
Cantal : 7.000 (4.000)
Charente: (4.000)
Charente-Maritime: 17.500 (8.500)
Cher: 3.500
Corrèze: 19.000
Corse: 15.000 (1.090)
Côtes-d'Armor: 15.000 (4.000)
Creuse: 25.500 (12.000)
Dordogne: 36.000 (7.000)
Drôme: 1.951 (50). Nb: pic de 7.000 foyers drômois et ardéchois enregistré à 17h.
Finistère: 110.000 (15.000)
Gard: 4.800
Gironde: 6.000 (4.000)
Hérault: non chiffré.
Ille-et-Vilaine: 25.000 (4.000)
Indre: 8.500 (6.300
Indre-et-Loire : 11.000 (2.000)
Isère : 10.000 (1.500)
Loir-et-Cher: 1.600
Loire: 21.000 (6.000)
Lot-et-Garonne: 4.000 (250)
Lozère: 4.000
Haute-Loire : 26.000 (10.000)
Loire-Atlantique: 21.000 (7.000)
Maine-et-Loire: 38.000 (6.000)
Mayenne: 500
Morbihan: 85.000 (37.000)
Puy-De-Dôme: 54.000 (28.000)
Rhône: 20.000
Sarthe: 500
Savoie: 12.000 (5.000)
Haute-Savoie: 12.000 (5.500)
Deux-Sèvres: 11.200 (10.000 pour Gérédis et 1.200 pour Enedis)
Var: 3.500
Vendée: 20.000 (12.000)  
Vienne: 17.000 (1.000). Dont au moins 12.000 en secteur SRD. 
Haute-Vienne: 27.500






0  Réaction(s) › Lire
Tempête Zeus: plus de 638.000 foyers sans électricité
Pannes d'électricité | 2017-03-06 15:54:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Mise à jour à 17h34. 
Enedis
annonce 600.000 foyers privés d'électricité

Mise à jour à 15h.
Au moins 591.000 foyers ont été privés d'électricité ce 6 mars 2017, selon le cumul des différentes annonces d'Enedis. Dont plus de 12.000 foyers dans la Vienne (secteur SRD?) et 6.300 dans les Deux-Sèvres (Gérédis).


Nouveau coup de vent hivernal (avec des pointes à 191 km/h, à Ouessant, oui, mais tout de même) et nouvelles coupures d'électricité pour les habitants de la façade atlantique. La tempête Zeus, bien mal nommée, a provoqué d'importants dégâts: arbres arrachés, trafic SNCF perturbé... 


Rhône-Alpes Auvergne: 173.500
- Allier: "la tempête Zeus fait des dégâts dans l'Allier. A 14h30, Enedis avait comptabilisé 19.000 foyers privés d'électricité dans le département."
- Puy-de-Dôme, le SDIS annonce "40.000 personnes privées d'électricité." France bleu en compte 54.000.
- Ainsi que 7.000 dans le Cantal,
- Et 26.000 en Haute-Loire.

- Loire: Loire : "21.000 foyers coupés d'électricité, surtout dans le Roannais et la plaine" (France bleu).



- Rhône:  Enedis : "Actuellement nous avons plus de 20.000 clients coupés dans le Rhône." (Enedis, via la mairie de Saint-Symphorien sur Coise).
- Ardèche: 2.000 foyers privés d'électricité;
- Drôme: 500 foyers.
- En Savoie et Haute-Savoie, France Bleu fait part de 24.000 foyers privés de courant.


Pays de la Loire: 79.500

- "dont 20.500 en Loire-Atlantique", selon France Bleu;
- 20.000 en Vendée ("A 11 h du matin, 16.000 clients étaient privés d'électricité sur l'ensemble du département de la Vendée, rapporte Enedis, dont les équipes sont sur le pont pour effectuer des réparations. Ils étaient 20.000 en fin d'après-midi, selon Enedis,");
- 38.000 en Maine et Loire,
- 500 en Sarthe
- 500 en Mayenne.


Nouvelle Aquitaine: (au moins) 136.300
- Dordogne: "Selon Enedis, 36.000 foyers sont sans courant. Les coupures concernent l'ensemble du département." Vers 17h, le nombre est tombé à 25.000.
- Gironde: 6.000;
- Lot-et-Garonne: 4.000.




- Creuse:  Selon Enedis, "il y a avait en début d'après midi 10.000 foyers privés d'électricité." (Mais France 3 parle de 49.000 foyers privés d'électricité en Limousin (ex-Limousin), sans donner le détail par départements), mais 72.000 vers 18h. France bleu en dénombre 20.000 dans la Creuse.
- Vers 17h, Enedis en compte 16.000 en Haute-Vienne,
- et 14.000 en Corrèze.
- Vienne: "A la mi-journée ce lundi, plus de 12.000 foyers sont sans électricité dans la Vienne." (secteur GRD)
- Deux-Sèvres (secteur Gérédis): "6.300 foyers privés d'électricité dans les Deux-Sèvres selon l'opérateur privé Gérédis", annonce France Bleu. Opérateur... privé?


Bretagne : 235.000
France bleu cite Bernard Laurans, le directeur régional d'Enedis, qui évoque "180.000 foyers (...) actuellement sans électricité dans la région": 110.000 dans le Finistère, 55.000 dans le Morbihan (A 15h11, Ouest-France en évoque 85.000), 15.000 dans les Côtes d'Armor. Et également 25.000 en Ille-et-Vilaine.
> Selon Enedis, quelque 175.000 foyers sont encore plongés dans le noir, vers 18h, ce lundi 6 mars.


Centre-Val de Loire: au moins 13.500
Pas d'estimations chiffrées pour l'instant, mais des "fils électriques à terre" en Indre-et-Loire. France TV Info évoque des coupures qui concernent 5.000 clients en Centre-Val de Loire. On en dénombre:
- 3.500 dans le Cher: "Selon Enedis (ex-ERDF), des communes entières ne disposent plus de courant depuis ce lundi, en toute fin de matinée : La Perche, Lugny-Bourbonnais, Méry-sur-Cher et Thénioux notamment."
- Loir et Cher: "environ 1.600 foyers sont privés d'électricité dans 17 communes du département à cause de la tempête Zeus."
- Indre: "Enedis annonce 8.500 foyers privés de courant."

-------
Mais aussi hier 
Dans les Côtes d'Armor, un coup de vent a déjà provoqué des coupures d'électricité hier, dimanche 5 mars 2017 (4.500 foyers).




En Seine-Maritime, c'est l'incendie d'un transformateur qui "a provoqué une coupure de courant. A Sainte-Foy et Longueville, près de Dieppe, 230 foyers sont privés d'électricité."

-------
Mais aussi avant-hier
Il n'y a pas que le vent qui fait souffrir les réseaux. Quelques chutes de neige dans l'Aude ont privé 9.000 foyers d'électricité, le 4 mars dernier






0  Réaction(s) › Lire
SERCO2: outil de calcul des émissions de gaz à effet de serre
Innovation | 2017-03-06 09:34:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Le Syndicat des entreprises de génie électrique et climatique a développé une application a développé un outil pour "aider les entreprises à évaluer leur empreinte environnementale."

Réservée aux adhérents du SERCE, l'application SERCO2 leur permet "d'estimer les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la conduite des chantiers de réseaux et d’infrastructures." Elles peuvent ainsi se conformer aux exigences nouvelles de leurs donneurs d’ordres, en termes de bilan carbone.

Les données (facteurs d’émissions) sont issues de la base carbone de l’ADEME et de celles fournies "par des experts de la Commission «Environnement» du SERCE. Le logiciel est évolutif et permet d’intégrer de nouveaux facteurs d’émissions pour tenir compte de l’évolution des moyens mis en oeuvre sur les chantiers"




0  Réaction(s) › Lire
GNV : Morbihan énergies lance la construction d'une station
Innovation | 2017-03-02 14:15:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Morbihan énergies a lancé, hier, la construction de la première station de distribution de gaz naturel véhicules (GNV) et de biométhane (bioGNV) en Bretagne, qui sera mise en service en août 2017.

Celle-ci sera installée à Vannes, "sur un terrain communal situé zone industrielle du Prat", site stratégique choisi "pour sa proximité avec les axes routiers, la présence de nombreux transporteurs de marchandises et du centre de traitement des déchets du Syndicat Sud Est Morbihan (SYSEM)" dont les déchets organiques viendront alimenter la station en carburant renouvelable.

Le Président de Morbihan énergies, Jo BROHAN, s'est exprimé à ce sujet : « Face au contexte juridique limitant de plus en plus la circulation des camions diesel dans certaines villes, les transporteurs routiers sont prêts à s’équiper de véhicules roulant au GNV. Morbihan Energies se devait d’assurer une maîtrise d’ouvrage, là où l’offre privée n’était pas présente. »

Après avoir déployé 170 bornes de recharge pour véhicules électriques à l'échelle départementale, Morbihan énergies prouve à nouveau son engagement dans les enjeux de mobilité durable dans le cadre de la transition énergétique.

Consulter le communiqué de presse ici




0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 11 12 13 14 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS