Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
1 Réaction(s) › Lire

 
Centre - Chargé de mission achats d'énergies
› Participez
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




GRDF a posé 130.000 compteurs Gazpar
Réseaux | 2017-03-09 09:29:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans une conférence de presse consacrée aux résultats annuels de GRDF, Edouard Sauvage, directeur général, a annoncé que le distributeur avait installé "130.000 compteurs communicants gaz dans 4 zones pilotes. 600.000 le seront en 2017." La généralisation du déploiement est attendue à partir de mai 2017 pour se conclure en 2023.

Il a par ailleurs indiqué qu'en 2016 GRDF avait "investi 762 millions d'euros pour le développement, le renouvellement et la sécurité du réseau de gaz naturel." 

A ce jour, 26 sites injectent du biométhane dans les réseaux de distribution pour une production de l'ordre de 215 GWh, soit... 0,05% de la consommation totale. Néanmoins, "241 projets sont à l'étude." Et, d'ici 2020, quelque 250 stations publiques de GNV et bioGNV devraient être opérationnelles. 


------------------

Vous trouverez ci-après le communiqué de GRDF (résultats 2016 et  perspectives 2017).

"Ce matin, lors de la conférence de presse annuelle tenue au siège de l’entreprise, Edouard Sauvage, Directeur Général de GRDF, a dressé le bilan de l’année 2016 et exposé les perspectives stratégiques pour l’année 2017.

« Le gaz naturel fait entièrement partie du mix énergétique nécessaire pour la transition énergétique tant par sa dimension environnementale, que sociétale et économique. » a souligné Edouard Sauvage lors de la présentation des résultats financiers pour l’année 2016 du principal opérateur du réseau de distribution de gaz naturel en France.

GRDF affiche un chiffre d’affaires de 3 621M€ (en hausse de 6,2 % par rapport en 2015) et un résultat net de 302M€. « L'évolution du résultat net s’explique principalement par un effet climat favorable, l’année 2016 ayant été plus froide que la moyenne des années précédentes. » a commenté Edouard Sauvage.

De bons résultats caractérisés par des investissements en progression de 2,2 % par rapport à l’année dernière et qui s’élèvent à 762M€ consacrés au développement, au renouvellement et à la sécurité du réseau. « Les investissements sont en augmentation, c'est une tendance qui se confirmera dans les prochaines années. Ils ont toujours été une priorité pour GRDF et les efforts de productivité qui nous sont demandés dans le cadre du tarif ATRD5, entré en vigueur en juillet dernier, ne sont pas faits à leur détriment. » a-t-il ajouté.

Autre enjeu de GRDF : la sécurité. Malgré une augmentation significative du nombre de chantiers sur le territoire (et donc la multiplication du nombre d’ouvertures de chaussées), avec 2 980 dommages aux ouvrages cette année, le taux de survenance de ceux-ci est en baisse constante depuis 2010. L’objectif affiché reste donc le même : descendre sous la barre des 2 600 dommages aux ouvrages d’ici à 2018.

Autre motif de satisfaction, avec 16 500 clients supplémentaires raccordés au réseau exploité par GRDF, 2016 a été une année record. « Si 2015 était une belle année, avec 1 610 clients supplémentaires, en 2016 nous avons dépassé en 1 an l’objectif fixé sur 3 ans ! » Un vrai succès que GRDF entend consolider puisqu’un nouvel objectif de 10 000 clients supplémentaires chaque année pour les deux prochaines années a été fixé. Plus largement, l’augmentation du nombre de clients raccordés au gaz témoigne de la pertinence de cette énergie puisque de plus en plus de gens en font le choix et en sont satisfaits. Le gaz naturel étant notamment redevenu l’énergie préférée des Français pour le chauffage (28 %, + 1 point par rapport à 2015) d’après une étude du Credoc1.

Au-delà de l’année 2016, GRDF se tourne vers 2017 avec de grands projets.

Tout d’abord, en annonçant que le déploiement généralisé des compteurs communicants gaz débutera le 1er mai 2017 et se poursuivra jusqu’en 2023 afin d’équiper ses 11 millions de clients. En 2016, plus de 130 000 compteurs ont été installés dans 4 zones pilotes permettant ainsi de récupérer automatiquement les indices de consommation des clients. Ces pilotes ont également été l’occasion de tester les outils de mise à disposition des données auprès des premiers clients qui ont déjà eu l’occasion de visualiser leur consommation quotidienne.

« Cette phase pilote s’est bien passée, grâce notamment à la concertation avec les collectivités territoriales, les associations de consommateurs et les différents acteurs de la filière depuis le début du projet. » a insisté Edouard Sauvage. En 2017, près de 600 000 compteurs seront déployés dans une trentaine de collectivités sur tout le territoire.

Afin de professionnaliser encore davantage ses prestations, GRDF transforme son organisation pour faire bénéficier ses clients d’équipes 100 % dédiées à l’exploitation du réseau de gaz. 2016 a été l’année des premières expérimentations de la nouvelle organisation des activités d’intervention avec 500 salariés travaillant déjà au sein des nouvelles agences et testant le nouveau modèle d’organisation ainsi que les nouveaux outils mis à leur disposition. D’ici au 31 décembre 2017, près de 4 000 techniciens devraient basculer dans cette nouvelle organisation. Les prochains mois verront la poursuite des concertations avec les organisations syndicales, pour un déploiement généralisé en régions prévu au deuxième semestre 2017. « Une transformation qui conduit à l’émergence de nouveaux métiers, qui mêlent expertise gazière et relation client, soutenus par des technologies digitales innovantes. » a précisé Edouard Sauvage.

Enfin, en cette année marquée notamment par la multiplication des pics de pollution atmosphérique dans les grandes métropoles, le distributeur de gaz naturel a profité de cette conférence de presse pour demander aux candidats à l’élection présidentielle de prendre en compte l'intérêt du développement du GNV et du biométhane dans leur programme. Evoquant les perspectives de ces produits gaziers innovants, Edouard Sauvage a rappelé que « Le biométhane est aujourd’hui le seul gaz produit directement sur notre territoire et le potentiel est immense, son développement pourrait créer de 2 000 à 3 000 emplois directs à l’horizon 2020. »

Quant au GNV (Gaz Naturel Véhicules) et sa version 100 % renouvelable, le BioGNV, il constitue « un carburant économique, respectueux de la santé et de l’environnement, adapté au transport de marchandises et de personnes apportant une réponse particulièrement performante aux enjeux de qualité de l’air présents dans l’actualité récente. »

GRDF entend donc poursuivre la dynamique pour inscrire pleinement le gaz naturel et le réseau de gaz dans la transition énergétique pour laquelle l’infrastructure gazière démontre toute sa pertinence. « L’objectif majeur de la Loi de transition énergétique pour la croissance verte est de décarboner notre énergie, nous avons impérativement besoin de bénéficier dans notre pays d’un mix énergétique équilibré, fondé sur la conviction que chaque énergie présente des avantages intrinsèques qu’il importe de combiner et d’optimiser. Or, la seule énergie stockable massivement aujourd’hui, c’est le gaz. » a conclu Edouard Sauvage."




0  Réaction(s) › Lire
Bourse: l'Etat vend 231 millions de DPS, EDF chute de 6%
Combien ça coûte? | 2017-03-08 09:57:00 | Administrateur 'Energie 2007'
L'annonce de la cession par l'Etat de plus de 231 millions (1) de droits préférentiels de souscription a quelque peu refroidi les ardeurs des marchés, l'action d'EDF chutant de près de 6% à 8,09 euros vers 10h05, après un plus bas à 7,77 euros, la plus forte baisse du SBF120, succédant à une baisse de 3,58% hier.

La chute est encore plus élevée si l'on regarde le cours du DPS, détaché ce jour, et qui se
négocie aux alentours de 0,465 euro, après un plus bas à 0,395, très loin de son cours théorique de 0,77 euro. De fait, cette opération devant rapporter 92 millions d'euros, l'Etat entend vendre ses DPS aux alentours de 0,4 euro.

Néanmoins, compte tenu de sa participation, l'Etat dispose de bien plus de DPS que nécessaire pour l'engagement pris de souscrire à hauteur de 3 milliards d'euros à l'augmentation de capital d'EDF. De quoi relativiser les craintes des investisseurs quant à cette vente de DPS.

------------
1) 231.149.195 DPS.

0  Réaction(s) › Lire
L'industrie pétrolière française en 2016 et perspectives
Hydrocarbures | 2017-03-07 15:16:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Francis Duseux, Président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP), a présenté ce matin, à l'occasion d'une conférence de presse, la situation de l'industrie pétrolière française en 2016 et ses perspectives d'avenir.

A l'échelle globale, le mix énergétique de 2040 devrait voir la part du gaz et des énergies renouvelables augmenter, celle du charbon diminuer tandis que les hydrocarbures conserveront une part majeure. Francis Duseux fait remarquer que la demande en électricité est vouée à augmenter fortement jusqu'en 2040 (environ 23TWh en 2020, 33 en 2040).

Le Président de l'UFIP note que le pétrole est le carburant le plus utilisé en France en terme de transport. Depuis 2016, les consommateurs achètent essentiellement des voitures à essence, plus économiques en terme de coût. Cependant, Francis Duseux s'inquiète d'une hypothétique augmentation du prix du pétrole conjugué à celle des taxes qui lui sont appliquées dans la mesure où, précise-t-il "85% des Français ont besoin de leur voiture pour aller travailler, emmener leurs enfants à l'école ou faire les courses".

On constate que l'essence et le gazole font partie des produits les plus taxés en France :
- 0,51€/L HT pour le gazole, 1,27€ TTC (soit une taxe équivalente à 149% du prix HT);
- 0,52€/L HT pour le SP95, 1,41€ TTC (soit une taxe équivalente à 173% du prix HT).
Ce coût global supporté représente un gain de 34 milliards d'euros annuels pour l'Etat.

La hausse des taxes est amenée à se poursuivre jusqu'en 2030. 
L'augmentation de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) a entrainé une hausse cumulée de 12,3c€/L sur le gazole depuis 2014, TVA comprise (hausse estimée à 34,4c€/L en 2030).

De plus, la fiscalité française fait baisser la compétitivité de ses raffineries puisqu'une tonne de pétrole brut traité connaît un surcoût de 14€/t par rapport à une raffinerie américaine, soit un surcoût global de 700 millions d'euros/an (50 millions de tonnes traitées annuellement).

Enfin, Francis Duseux condamne le blocage de l'attribution des permis de la part du gouvernement (aucun permis débloqué en 2016) alors que cela permettrait notamment de réduire le déficit commercial de la France. Pour lui, le gouvernement doit promouvoir le mix énergétique des 3 énergies piliers que sont le nucléaire, le thermique et les énergies renouvelables. 

Pour que l'énergie soit compétitive en France, voici les différentes préconisations de l'UFIP :
"- les objectifs doivent être évalués et soutenables pour l’économie française ;
- conserver une énergie à des prix et coûts compétitifs ;
- revoir la fiscalité énergétique et climatique dans une perspective internationale ;
- favoriser, au sein du gouvernement, les complémentarités entre économie, industrie et énergie ;
- accorder une vraie place à l’énergie dans le projet européen ;
- garantir à l’industrie une règlementation simplifiée dans un cadre européen ; 
- préserver la sécurité énergétique, acquérir une meilleure connaissance du sous sol, le valoriser sans atteinte à l’environnement ;
- valoriser les ressources maritimes."


Télécharger le dossier de presse


0  Réaction(s) › Lire

Augmentation de capital d'EDF
Combien ça coûte? | 2017-03-07 15:00:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans un bref communiqué du ministère de l'Economie, l'Etat a confirmé sa participation à l’augmentation de capital d'EDF, lancée aujourd'hui et qui débutera le 8 mars. L'Etat souscrira à cette opération à hauteur de 3 milliards d'euros, sur un total de 4 milliards.

"Au travers de ce renforcement des fonds propres, le Gouvernement accompagne EDF dans sa stratégie de développement dans la production d’électricité décarbonée, transformation historique dans le cadre de la transition énergétique, et réitère sa confiance dans le management et les personnels de l’entreprise pour mener à bien cette évolution", indique Bercy.

D'un point de vue pratique, l'appel au marché doit être réalisé sur la base de trois actions nouvelles pour 10 actions existantes, avec un prix de souscription à 6,35 euros, soit une décote de l'ordre de 34% par rapport au cours de clôture de l'action le lundi 7 mars (9,618 euros). Les actionnaires recevront des droits préférentiels de souscription (DPS) qui seront cotés et échangeables à la bourse de Paris (code ISIN FR0013240322).

Selon EDF, "la valeur théorique du DPS est de 0,77 euro (étant rappelé que sa valeur évoluera notamment en fonction de l'évolution du cours de l'action EDF ex-droit), et la valeur théorique de l’action ex-droit s’élève à 8,92 euros."

Un DPS sera détaché de chaque action détenue et il faudra 10 DPS pour acheter 3 actions nouvelles. L'opération court jusqu'au 21 mars, en deux temps :
"- Période de négociation des droits préférentiels de souscription: du 8 mars au 17 mars 2017 inclus;
Période de souscription: du 10 mars au 21 mars 2017 inclus."


Le cours d'EDF a réagi de manière contradictoire et limitée au lancement de cette opération annoncée de longue date, hésitant entre la hausse et la baisse, entre 9,41 et 9,8 euros.


0  Réaction(s) › Lire
Tempête Zeus: encore 220.000 foyers privés d'électricité
Pannes d'électricité | 2017-03-07 09:32:00 | Administrateur 'Energie 2007'

Nous publions un récapitulatif des coupures d'électricité (nous nous référons aux pics signalés par Enedis, les foyers encore non alimentés lundi soir ou ce mardi matin sont signalés entre parenthèses. Les pics non sourcés renvoient à notre
actu du 6 mars sur le même sujet, où figurent les liens). Le cumul des pics s'établit à 696.000 foyers privés d'électricité.

220.000 foyers encore privés d'électricité ce mardi 7 mars, "vers 09h30. "86.000 clients étaient sans courant en Auvergne-Rhône-Alpes, 53.000 en Bretagne et 52.000 en Nouvelle Aquitaine. Les deux tiers des foyers privés de courant au plus fort de la tempête ont retrouvé l'électricité en 24h, selon Enedis."

Au regard du déplacement de la tempête, il manque les données relatives à quelques départements probablement impactés: Aveyron, Bouches-du-Rhône, Gard, Lot, Lozère, Vaucluse, peut-être la Nièvre et la Saône-et-Loire.  


Ain: non chiffré.
Allier: 19.000 (10.000)
Ardèche: 3.954 (172)
Hautes-Alpes: non chiffré.
Cantal : 7.000 (4.000)
Charente: (4.000)
Charente-Maritime: 17.500 (8.500)
Cher: 3.500
Corrèze: 19.000
Corse: 15.000 (1.090)
Côtes-d'Armor: 15.000 (4.000)
Creuse: 25.500 (12.000)
Dordogne: 36.000 (7.000)
Drôme: 1.951 (50). Nb: pic de 7.000 foyers drômois et ardéchois enregistré à 17h.
Finistère: 110.000 (15.000)
Gard: 4.800
Gironde: 6.000 (4.000)
Hérault: non chiffré.
Ille-et-Vilaine: 25.000 (4.000)
Indre: 8.500 (6.300
Indre-et-Loire : 11.000 (2.000)
Isère : 10.000 (1.500)
Loir-et-Cher: 1.600
Loire: 21.000 (6.000)
Lot-et-Garonne: 4.000 (250)
Lozère: 4.000
Haute-Loire : 26.000 (10.000)
Loire-Atlantique: 21.000 (7.000)
Maine-et-Loire: 38.000 (6.000)
Mayenne: 500
Morbihan: 85.000 (37.000)
Puy-De-Dôme: 54.000 (28.000)
Rhône: 20.000
Sarthe: 500
Savoie: 12.000 (5.000)
Haute-Savoie: 12.000 (5.500)
Deux-Sèvres: 11.200 (10.000 pour Gérédis et 1.200 pour Enedis)
Var: 3.500
Vendée: 20.000 (12.000)  
Vienne: 17.000 (1.000). Dont au moins 12.000 en secteur SRD. 
Haute-Vienne: 27.500






0  Réaction(s) › Lire
Tempête Zeus: plus de 638.000 foyers sans électricité
Pannes d'électricité | 2017-03-06 15:54:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Mise à jour à 17h34. 
Enedis
annonce 600.000 foyers privés d'électricité

Mise à jour à 15h.
Au moins 591.000 foyers ont été privés d'électricité ce 6 mars 2017, selon le cumul des différentes annonces d'Enedis. Dont plus de 12.000 foyers dans la Vienne (secteur SRD?) et 6.300 dans les Deux-Sèvres (Gérédis).


Nouveau coup de vent hivernal (avec des pointes à 191 km/h, à Ouessant, oui, mais tout de même) et nouvelles coupures d'électricité pour les habitants de la façade atlantique. La tempête Zeus, bien mal nommée, a provoqué d'importants dégâts: arbres arrachés, trafic SNCF perturbé... 


Rhône-Alpes Auvergne: 173.500
- Allier: "la tempête Zeus fait des dégâts dans l'Allier. A 14h30, Enedis avait comptabilisé 19.000 foyers privés d'électricité dans le département."
- Puy-de-Dôme, le SDIS annonce "40.000 personnes privées d'électricité." France bleu en compte 54.000.
- Ainsi que 7.000 dans le Cantal,
- Et 26.000 en Haute-Loire.

- Loire: Loire : "21.000 foyers coupés d'électricité, surtout dans le Roannais et la plaine" (France bleu).



- Rhône:  Enedis : "Actuellement nous avons plus de 20.000 clients coupés dans le Rhône." (Enedis, via la mairie de Saint-Symphorien sur Coise).
- Ardèche: 2.000 foyers privés d'électricité;
- Drôme: 500 foyers.
- En Savoie et Haute-Savoie, France Bleu fait part de 24.000 foyers privés de courant.


Pays de la Loire: 79.500

- "dont 20.500 en Loire-Atlantique", selon France Bleu;
- 20.000 en Vendée ("A 11 h du matin, 16.000 clients étaient privés d'électricité sur l'ensemble du département de la Vendée, rapporte Enedis, dont les équipes sont sur le pont pour effectuer des réparations. Ils étaient 20.000 en fin d'après-midi, selon Enedis,");
- 38.000 en Maine et Loire,
- 500 en Sarthe
- 500 en Mayenne.


Nouvelle Aquitaine: (au moins) 136.300
- Dordogne: "Selon Enedis, 36.000 foyers sont sans courant. Les coupures concernent l'ensemble du département." Vers 17h, le nombre est tombé à 25.000.
- Gironde: 6.000;
- Lot-et-Garonne: 4.000.




- Creuse:  Selon Enedis, "il y a avait en début d'après midi 10.000 foyers privés d'électricité." (Mais France 3 parle de 49.000 foyers privés d'électricité en Limousin (ex-Limousin), sans donner le détail par départements), mais 72.000 vers 18h. France bleu en dénombre 20.000 dans la Creuse.
- Vers 17h, Enedis en compte 16.000 en Haute-Vienne,
- et 14.000 en Corrèze.
- Vienne: "A la mi-journée ce lundi, plus de 12.000 foyers sont sans électricité dans la Vienne." (secteur GRD)
- Deux-Sèvres (secteur Gérédis): "6.300 foyers privés d'électricité dans les Deux-Sèvres selon l'opérateur privé Gérédis", annonce France Bleu. Opérateur... privé?


Bretagne : 235.000
France bleu cite Bernard Laurans, le directeur régional d'Enedis, qui évoque "180.000 foyers (...) actuellement sans électricité dans la région": 110.000 dans le Finistère, 55.000 dans le Morbihan (A 15h11, Ouest-France en évoque 85.000), 15.000 dans les Côtes d'Armor. Et également 25.000 en Ille-et-Vilaine.
> Selon Enedis, quelque 175.000 foyers sont encore plongés dans le noir, vers 18h, ce lundi 6 mars.


Centre-Val de Loire: au moins 13.500
Pas d'estimations chiffrées pour l'instant, mais des "fils électriques à terre" en Indre-et-Loire. France TV Info évoque des coupures qui concernent 5.000 clients en Centre-Val de Loire. On en dénombre:
- 3.500 dans le Cher: "Selon Enedis (ex-ERDF), des communes entières ne disposent plus de courant depuis ce lundi, en toute fin de matinée : La Perche, Lugny-Bourbonnais, Méry-sur-Cher et Thénioux notamment."
- Loir et Cher: "environ 1.600 foyers sont privés d'électricité dans 17 communes du département à cause de la tempête Zeus."
- Indre: "Enedis annonce 8.500 foyers privés de courant."

-------
Mais aussi hier 
Dans les Côtes d'Armor, un coup de vent a déjà provoqué des coupures d'électricité hier, dimanche 5 mars 2017 (4.500 foyers).




En Seine-Maritime, c'est l'incendie d'un transformateur qui "a provoqué une coupure de courant. A Sainte-Foy et Longueville, près de Dieppe, 230 foyers sont privés d'électricité."

-------
Mais aussi avant-hier
Il n'y a pas que le vent qui fait souffrir les réseaux. Quelques chutes de neige dans l'Aude ont privé 9.000 foyers d'électricité, le 4 mars dernier






0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 11 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS