Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
0 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




Habiter mieux: objectifs toujours difficiles à atteindre
Economies d'énergie | 2017-02-01 13:03:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans son bilan annuel, l'ANAH détaille les objectifs de rénovation 2016 et les résultats obtenus (dont ceux d'Habiter mieux, programme visant les ménages modestes et très modestes).

"Lutter contre la précarité énergétique:
- objectif : 45.000 porté à 50.000 puis à 70.000 logements;
- réalisé : 40.726."

Avec ces objectifs non atteints, il apparaît à nouveau que les opérations restent complexes à mettre en oeuvre, avec presque du sur-mesure et un long travail de terrain, comme cela a été mis en évidence lors de plusieurs colloques.

"Ce résultat, étroitement lié au temps nécessaire pour informer et convaincre les ménages, est en-deçà de l’objectif rehaussé à 70 000 logements annoncé en mars 2016 par la ministre du logement et de l’habitat durable."

Néanmoins, l'ANAH fait part d'une dynamique positive en fin d'

"Mais grâce aux moyens mobilisés, la trajectoire de ce programme en faveur de la lutte contre la précarité énergétique reste dynamique et s’accélère. Pour le seul mois de décembre, 7 000 nouveaux dossiers ont été déposés, soit une augmentation de 17% par rapport au mois de décembre 2015."

En outre, le programme est désormais ouvert "aux copropriétés fragiles ce qui permettra de toucher davantage de ménages dans les secteurs urbains, avec une aide spécifique destinée aux syndicats de copropriétaires pour faciliter leur décision collective d'engager des travaux. "

Cliquez
ici pour télécharger les chiffres-clefs 2016 de l'ANAH.



0  Réaction(s) › Lire
Pau: consortium public-privé dédié au droit de l'énergie
Institutions | 2017-02-01 12:52:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Dans un communiqué, l’Université de Pau et des pays de l’Adour (UPPA) indique avoir "initié la mise en place d’un tout nouvel instrument de coopération entre acteurs académiques, collectivités publiques et partenaires du monde socio-économique ou industriel dans le domaine du droit de l’énergie : le consortium «Pau droit énergie»."

Ce réseau collaboratif est "inédit en France", précise l'Université. Il devra "contribuer à animer le débat et les dynamiques de notre territoire sous l’angle des problématiques juridiques liées aux grands enjeux énergétiques et environnementaux de demain." Il est porté par les professeurs Jean Gourdou, Philippe Terneyre et Denys de Béchillon.

Parmi les membres fondateurs figurent l’université Laval au Canada, la communauté d’agglomération Pau Pyrénées, le Syndicat d’énergie des Pyrénées-Atlantiques (SDEPA), le Syndicat mixte des transports urbains de Pau et agglomération, le groupement d’intérêt public CHEMPARC, et plusieurs sociétés: TIGF, GRDF, EDF et Valorem.

Le consortium organise  un premier petit déjeuner thématique «Données et énergies», le 7 février 2017 prochain, de 8h30 à 10h (UPPA dans le bâtiment de l’UFR droit, économie et gestion).



0  Réaction(s) › Lire
Marché de capacité: avis des acheteurs
Combien ça coûte? | 2017-01-31 16:46:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Nous pubions ci-après un communiqué du CLEEE et de la FNCCR, exprimant le point de vue des acheteurs pour la mise en oeuvre du marché de capacité dans les contrats de fourniture d'électricité.

"Marché de capacité : les acheteurs ont besoin de transparence

Le lancement du marché de capacité conduit fournisseurs et acheteurs à négocier des avenants à leurs contrats de fourniture. Il apparaît que les propositions d’avenants sont sensiblement différentes d’un fournisseur à l’autre. La répercussion du coût de la capacité à l’euro près ne semble pas une règle partagée.
Les acheteurs publics et privés constatent de nombreuses anomalies dans les avenants proposés :
- Application d’un coefficient de capacité unique applicable à toutes les consommations de l’année, y compris en été. Outre une complexité accrue, chaque client ayant un coefficient de capacité différent, cela revient à faire payer de la capacité à des clients ne générant aucune obligation : en effet, certains sites, au sein d’un même profil, présentent des consommations hivernales faibles, voire inexistantes (cas des sites d’irrigation, par exemple).

> Le CLEEE et la FNCCR demandent, pour les sites profilés, l’application de coefficients de capacités définis par tranche horo-saisonnière, permettant, outre une meilleure transparence, de faire porter à chaque site un coût de capacité le plus proche possible de celui qu’il génère.

- Différences importantes de coefficients de capacité d’un fournisseur à l’autre pour les sites profilés, entraînant des écarts de coût considérables : par exemple 12% d’écart entre deux des principaux fournisseurs sur le segment C4.

- Plusieurs fournisseurs annoncent ne pas pouvoir émettre la moindre facture, faute d’accord sur le coût de la capacité, exerçant ainsi une pression sur les consommateurs les incitant à accepter sans délai les coefficients proposés.

> En cas de désaccord sur le coût de la capacité, le fournisseur doit être en mesure, si le client le souhaite, de facturer ce dernier hors capacité, cette dernière donnant lieu à régularisation une fois l’avenant signé.

- Coefficients de capacité envoyés à l’acheteur central différent de celui figurant sur les factures adressées aux sites.

- Application d’un coefficient de capacité non révisable y compris pour des sites télérelevés souscrivant plus de 250 KVA alors qu’il s’agit de sites C2 dont le coefficient de capacité doit être révisé sur base de la réalité des consommations. Ce coefficient de capacité est en général surévalué.

- Certains avenants prévoient de facturer à leur client le prix administré au lieu du prix de marché (enchères ou OTC) dès lors que les certificats n’ont pas été achetés suffisamment rapidement.

- Certains fournisseurs réclament un paiement immédiat de la capacité, dès la facture suivant l’enchère, ou bien fixent un coût de l’argent prohibitif pour étaler la facture sur 12 mois.

- D’autres fournisseurs indiquent ne pas être en mesure de faire apparaître le coût de la capacité de manière distincte sur la facture avant « au moins un an », temps nécessaire à l’évolution de leur système d’information.

- Différences systématiques et souvent significatives entre l’obligation de capacité calculée par RTE (calculette) et celle facturée par les fournisseurs.

Le CLEEE et la FNCCR demandent aux fournisseurs de mettre fin à ces pratiques qui ne sont pas acceptables, et aux organismes concernés (CRE, RTE, DGEC, Autorité de la Concurrence) de faire preuve de la plus grande vigilance à ce sujet, d’autant qu’il s’agit de dispositions applicables à des contrats en cours, devant nécessairement faire l’objet de négociations.
Ils préconisent aux acheteurs :
- s’ils achètent pour leur propre compte, de ne pas signer de projet d’avenant sans avoir préalablement procédé à une analyse contradictoire des besoins en capacité de leurs sites, l’outil de calcul mis en place par RTE pouvant constituer une référence utile ;
- pour les sites profilés, de ne pas accepter des coefficients de capacité sur les contrats en cours qui seraient supérieurs aux coefficients de capacité les plus compétitifs sur le marché ;
- pour les sites télérelevés, de négocier la signature de l’avenant, à l’euro près, sans marge supplémentaire du fournisseur, en demandant une facture de régularisation en 2018, à partir des consommations effectivement constatées et des puissances PP1 effectivement appelées.
(ou de négocier « une marge pour risque » dans le cas où la négociation déboucherait sur une facturation ferme sans régularisation rétroactive) ;
- de vérifier les conditions de facturation de la capacité : lissage mensuel sur l’année ou facturation en début d’année, et de demander la plus parfaite transparence quant aux surcoûts éventuels de ces options ;
- de s’assurer que le coût de la capacité donne bien lieu à une ligne distincte sur la facture ou le bordereau des prix et n’est pas « noyée » dans le coût du MWh ;

- S’ils adhérent à un groupement de commandes, de ne pas signer de demandes d’avenant soumises directement par leur fournisseur d’électricité. Ils doivent impérativement se retourner vers le coordonnateur du groupement afin d’éviter de valider des modifications de marché qui s’avéreraient non opérationnelles. Le coordonnateur se chargera de la mise au point des avenants pour le compte de l’ensemble des services bénéficiaires.

- Dans tous les cas, de viser une signature d’un tel avenant au cours du premier semestre 2017, en intégrant la date limite de communication par les fournisseurs de leur méthodologie de répercussion du coût de la capacité aux clients finals (31 mars 2017)."


 
0  Réaction(s) › Lire
Blockchain et smart grids
Innovation | 2017-01-31 16:21:00 | Administrateur 'Energie 2007'
 La FNCCR et l'AARHSE ont organisé un petit déjeuner débat "blockchain et smart grids", avec Claire Balva (Blockchain France, Olivier Sellès (Bouygues immobilier) et André Joffre (Tecsol).

Ce débat peut être réécouté via Periscope et Twitter:





0  Réaction(s) › Lire
Création de territoire d'énergie Auvergne-Rhône-Alpes
Collectivités locales | 2017-01-30 18:06:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Lundi 30 janvier 2017 , les présidents des 13 syndicats d’énergie se sont réunis à Bellerive sur Allier afin de créer officiellement l’association régionale «Territoire d’énergie Auvergne-Rhône-Alpes». Elle est présidée par Yves Simon, président du SDE03 (Allier), qui succède à Paul Vidal, président du SYDER.

Succédant à une entente, l'USERAA, l'association intègre donc la nouvelle carte régionale, avec quatre nouveaux syndicats d'énergie. Elle contribue à renforcer les échanges entre les syndicats, sans se substituer à ses membres, qui portent individuellement les projets et les opérations sur leurs territoires. Territoire d’énergie Auvergne-Rhône-Alpes vise à partager les expériences et à mutualiser certaines actions. Parmi celles-ci, on notera le contrôle régionalisé des concessionnaires des réseaux de distribution publique de gaz et d’électricité, mais également des opérations en faveur de la maîtrise de l’énergie, des énergies renouvelables, du Très Haut Débit et de la mobilité électrique.

Territoire d’énergie Auvergne-Rhône-Alpes en chiffres
- 4.190 communes et communautés adhérentes;
- 3.353 chantiers réseaux annuels;
- 697.200 points d’éclairage public gérés;
- 7.634 000 habitants concernés; 
- 18 600 km de fibre optique déployée;
- 7.558 bâtiments publics suivis énergétiquement;
- 184 générateurs solaires photovoltaïques installés;
- 830 bornes de recharge pour véhicules électriques en région;
- 598 millions d’euros d’investissement annuel.


0  Réaction(s) › Lire
Bouches-du-Rhône: station GNV intercommunale
Collectivités locales | 2017-01-30 17:55:00 | Administrateur 'Energie 2007'
La première station GNV intercommunale des Bouches-du-Rhône est opérationnelle depuis le vendredi 27 janvier. Construite à Auriol, en face de la déchetterie à Pont-de-Joux, à l'initiative du SMED 13 (1) et des communes d’Auriol, La Destrousse et Roquevaire, avec GRDF, elle sera notamment utilisée par neuf véhicules municipaux. 
La station comprend dix bouteilles de gaz comprimé, reliées au réseau de gaz naturel, 1 compresseur et un kit de remplissage rapide permettant d’alimenter tous types de véhicules légers, utilitaires et camions 3,5t. Le plein à la pompe s'effectuera en quelques minutes. 

-------------

Le Syndicat mixte d’énergie du département des Bouches du Rhône est l’autorité concédante de la distribution d’électricité pour 118 communes et de gaz naturel pour 80 communes.
Depuis 2015, il est coordonnateur d’un groupement de commandes de gaz naturel et d’un groupement de commandes d’électricité


0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 6 | 7 | 8 | 9 | 10 11 12 13 14 15 SUIVANTE

Sciences humaines et énergie: 5e Prix de l'AARHSE
01/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS