Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
0 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez


Colloque
Colloque
Loisirs
Congrès FNCCR
Hydrocarbures
Institutions
Energie
AARHSE
Ouverture des marchés
Vos droits
Fournisseurs
Pannes d'électricité
Combien ça coûte?
Accidents
Nucléaire
Economies d'énergie
Energies renouvelables
Réseaux
Collectivités locales
Energie2007
Innovation
Véhicules électriques
Livres




Journal officiel [17-21] février 2017
Institutions | 2017-02-21 12:00:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Journal Officiel du 21 février 2017

CEE
L'arrêté en date du 15 février 2017 modifie l'arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d'application de la troisième période du dispositif des certificats d'économies d'énergie.
"Publics concernés : demandeurs dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie.
Objet : bonification du volume de certificats délivrés pour certaines opérations dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie.
Entrée en vigueur : les dispositions de l'arrêté entrent en vigueur le 1er mars 2017 .
Notice : l'arrêté modifie l'arrêté du 29 décembre 2014 relatif aux modalités d'application de la troisième période du dispositif des certificats d'économies d'énergie. Il module le volume de certificats délivrés pour certaines opérations au bénéfice des ménages en situation de précarité énergétique dans le cadre du dispositif des certificats d'économies d'énergie."

----------------------------
Journal Officiel du 18 février 2017

Electricité
Par arrêté en date du 8 février 2017, sont déclarés d'utilité publique, les travaux de construction d'une ligne électrique souterraine à deux circuits à 225.000V entre le poste Enedis de Béziers Est et le poste RTE de Saint-Vincent, sur le territoire de la commune de Béziers.

----------------------------
Journal Officiel du 17 février 2017

Gaz naturel
Par arrêté en date du 8 février 2017, la société Vattenfall Energy Trading GmbH, dont le siège social est situé Dammtorstrasse 29-32, 20354 Hambourg, Allemagne, est autorisée à exercer l'activité de fourniture de gaz naturel pour approvisionner les fournisseurs.

Electricité
Par arrêté en date du 8 février 2017 :
- Opéra Energie, dont le siège social est situé 2, rue Edouard-Millaud, 69004 Lyon, France, est autorisée à exercer l'activité d'achat d'électricité pour revente aux clients finals et aux gestionnaires de réseaux pour leurs pertes.
- sont déclarés d'utilité publique les travaux de construction de deux liaisons électriques souterraines à 225.000V pour le raccordement du poste Enedis de Saclay aux postes RTE de Saint-Aubin et de Villeras, sur le territoire des communes de Bièvres, Saclay, Vauhallan et Villiers-le-Bâcle.

CRE
Jean-François Carenco a été nommé président de la CRE.

Transport de gaz
Nous publions la délibération du 15 décembre 2016 portant décision sur le tarif d'utilisation des réseaux de transport de gaz naturel de GRTgaz et de TIGF.

0  Réaction(s) › Lire
Scénario «Rénovons»: accélérer la rénovation énergétique
Economies d'énergie | 2017-02-21 09:59:00 | Administrateur 'Energie 2007'
 La Fondation Abbé Pierre, le groupe Effy, Soliha, le Secours catholique et le CLER ont présenté le scénario «Rénovons» (@renovons) ce 21 février 2017.

Le constat
La France compte 7,4 millions de «passoires énergétiques» (logement énergivores avec une étiquette F ou G). Dans celles-ci, on dénombre 2,6 millions de ménages précaires (pour un total de 5,8 millions selon l’ONPE).
La loi TEPCV prévoit d’éliminer ces «passoires énergétiques» d’ici 2025. Pour cela, il s’agira de rénover 500.000 logements par an, dont 130.000 dans le parc privé et visant les ménages modestes. Au rythme actuel (288.000 rénovations performantes par an), les objectifs de la loi ne seront pas atteints. Selon une étude SIA conseil, il restera en 2025 quelque 5,6 millions de «passoires énergétiques». Le scénario «Rénovons» préconise d’accélérer le rythme, en dépassant les objectifs de la loi: jusqu’à 980.000 rénovations en 2021.

80 milliards d’euros, retour sur investissement entre 4 et 18 ans
Il s’agit pour cela d’augmenter les aides, de les élargir à l’ensemble des propriétaires occupants et propriétaires bailleurs. Les travaux pourraient être pris en charge à hauteur de 79% par l’Etat et, via le crédit d’impôt, à 30% pour les ménages aisés. Le coût est estimé à 80 milliards d’euros, dont 36 milliards pour l’Etat, 44 restant à la charge des ménages (de 1.300 à 13.100 euros selon leur situation financière). Pour l’Etat, «le retour sur investissement (taxes et impôts, provenant de la créations de 126.000 emplois, et de la hausse du pouvoir d’achat) se ferait en 36 ans», estime Sabine Bardaune. Les ménages, eux, ont un retour sur investissement de 4 à 18 ans, provenant de gains sur la facture énergétique. Il est à ce jour «de 24 à 34 ans.» S’y ajoutent les bénéfices sociaux et les effets sur la santé.

L’accompagnement : 3.000 euros par ménage
Pour Manuel Domergue (Fondation Abbé Pierre), le scénario est d’autant plus plausible qu’il s’inscrit «dans une période de taux bas, ce qui favorise les investissements à long terme.» En rappelant que les ménages concernés «ne sont pas que des ménages défavorisés», avec un système mêlant «les aides et les incitations, voire obligations.» Le Secours catholique, rappelle Bernard Thibaud, intervient à hauteur de près «d’un million d’euros par an, pour l’aide au paiement des factures» et a plaidé pour les «tarifs sociaux, même s’ils sont encore à un faible niveau.» Il a souligné les difficultés de mise en œuvre (repérer les ménages, les accompagner…) et «la nécessité d’une coordination entre acteurs publics et privés. Le coût de cet accompagnement est d’environ 3.000 euros par ménage.» Xavier de Lannoy (Soliha) a déploré que le prêt Eco ptz soit si peu octroyé, « car il semble que les «banques aient besoin de garanties… Il est surprenant que dans notre société riche, on ne trouve pas les moyens de financer la rénovation énergétique.» Frédéric Utzmann (Effy) a insisté sur le rôle des certificats d'économie d'éergie dans le financement des projets: "des travaux à 1 euro ne sont pas des travaux au rabais."




0  Réaction(s) › Lire
Bertrand Lapostolet prend la direction de Solinergy
Economies d'énergie | 2017-02-20 10:54:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Effy continue de recruter des dirigeants. Après Robert Durdilly, passé de la présidence de l'UFE à celle de Solinergy, l'arrivée d'Audrey Zermati (ex-UFE aussi) à la direction stratégique du groupe, Effy annonce la nomination de Bertrand Lapostolet (qui vient de la Fondation Abbé Pierre) à la direction générale de SoliNergy. Une nomination qui intervient "après la validation du programme CEE «Mage»(1) soutenu par le Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer."

Son CV
"Né en 1968, Bertrand Lapostolet est titulaire d’un DEA de Sociologie et diplômé en Sciences politiques (Lyon). Engagé à partir de 1990 sur le terrain de la lutte contre le mal logement (Alpil) il y acquiert une solide expérience d’accompagnement des personnes en difficulté, d’évaluation et de mise en œuvre de solutions opérationnelles (maîtrise d’ouvrage et gestion de logements d’insertion).
Il anime de 2003 à 2008 le Plan départemental d’actions pour le logement des personnes défavorisées de la Loire. Il gère le Fonds de solidarité logement et porte l’intégration expérimentale des fonds eau et énergie au sein de ce FSL dès 2003. 
Il rejoint en 2008 la Fondation Abbé Pierre en tant que responsable de programme et y développe le soutien au logement d’insertion. Le programme Toits d’Abord étant un des premiers programmes CEE labellisé «lutte contre la précarité énergétique». Référent transition et précarité énergétique, il co-signe le rapport Pelletier «Précarité énergétique» du Plan bâtiment durable, siège à l’Observatoire national de la précarité énergétique, ainsi qu’au Débat national sur la transition énergétique."





Interview de Bertrand Lapostolet, Responsable de programme à la Fondation Abbé Pierre (colloque de l'ONPE du 3 octobre 2014).


----------------


1) Mesurer et accompagner pour  garantir les économies, programme CEE  en partenariat avec Eco-CO2. "Validé fin 2016 par le Ministère de l’Ecologie, Mage va accompagner plus de 12 000 ménages."


 
0  Réaction(s) › Lire
Les «14 idées et mesures» de la Fabrique Ecologique
Institutions | 2017-02-20 09:41:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Créée il y a trois ans, revendiquant un réseau de 700 "experts de très haut niveau", rassemblant "des femmes et des hommes d’origine, de profession et de sensibilité diverses, qui partagent la même conviction : l’importance des solutions écologiques", La Fabrique Ecologique s'invite dans le débat des prochaines échéances électorales, avec 14 "idées et mesures concrètes suggérées aux candidats".

Précisions
La Fabrique écologique a opté pour des "actionsles plus précises possibles" qui " n’ont nullement l’ambition de couvrir l’ensemble du champ de l’écologie dans le débat électoral." N'y figurent pas par exemple des sujets comme "l’évolution nécessaire de notre modèle agricole" ou d'autres sujets devenus des "points forts de contestation, comme le sort de l’aéroport de Notre-Dame des Landes ou de la centrale nucléaire de Fessenheim." 

Nous reprenons ici des extraits de huit propositions ayuant directement trait à l'énergie (précarité, mobilités propre, PPE, fiscalité et prix du CO2).
> Cliquez
ici pour consulter l'intégralité des 14 propositions.


Précarité énergétique

Proposition 1
Supprimer d’ici 2022 les situations de «pauvreté énergétique»

"Priorité devrait être donnée "à la réalisation de travaux pour les personnes aux revenus très modestes habitant dans les logements passoires énergétiques existant le plus souvent dans le parc résidentiel privé, avec un objectif ambitieux et mobilisateur. L’objectif est de rendre ces logements un minimum chauffables, afin de répondre aux situations d’urgence dans des délais brefs. Le programme portera ainsi sur des travaux de petite et moyenne ampleur, conçus comme une étape vers une rénovation énergétique plus globale."

Proposition 2
Rénovations énergétiques de logements : un programme, une marque

La Fabrique préconise un "programme fortement identifié par un logo et une marque. La marque grand public clarifiera la lisibilité des professionnels, des produits, des diagnostics ou encore des prêts."
> Attention cependant à ne pas reproduire les facétieuses modifications du logo RGE.
Seraient également mis en place "des «carnets de santé» des logements." 


---------------
Transports

Proposition 3
Une loi de transition vers la mobilité durable

Cette loi intégrerait différents aspects : l’adaptation des infrastructures et des outils à l’innovation (ex: création de micro-hubs d’intermodalités et créer un pass unique intermodal national) ; la transformation de l’AFITF en une «agence de financement de la transition vers la mobilité durable», comme l’ADEME le fait pour l’énergie, et réserver 10% de ses ressources (200 M€/an) à la transition ; faire de l’ARAFER une autorité de régulation complète." Il en résulterait un "nouveau schéma de gouvernance comporterait trois niveaux seulement, Etat-régions-métropoles, avec des autorités organisatrices réunissant l’ensemble des compétences de transports dans les mêmes mains (gestion des transports publics et organisation des mobilités privées)."

Proposition 4
Une approche globale pour changer la place de la voiture en ville

Les métropoles signeraient un "contrat avec l’Etat pour une approche globale d’un changement de l’automobile en ville, assorti de financements correspondants."  Contrat basé sur des impératifs de santé, l'augmentation du nombre de voyageurs par véhicule (autopartage, covoiturage et voiture autonome partagée, voies de circulation réservées...), paiement à l’usage des parkings et de la voirie, plan vélo... 


------------------------
Energie et territoires

Proposition 5
La programmation pluriannuelle électrique: le principe du «un pour un»

La programmation pluriannuelle électrique intégrera le principe suivant : à une unité en plus d’énergie renouvelable électrique doit correspondre, à capacité de production équivalente, une unité en moins d’autres sources d’énergie électrique, nucléaire compte tenu de sa place prédominante, charbon ou gaz. Des marges peuvent naturellement être prévues au-delà de ce principe pour tenir compte d’un éventuel regain de la consommation électrique ou de la disponibilité des réacteurs nucléaires."


Proposition 6
Une pleine compétence aux régions pour les énergies renouvelables décentralisées

La Fabrique plaide pour compétence régionale "globale pour le développement des énergies renouvelables décentralisées, électriques et non électriques. Elles pourront organiser cette compétence sur leurs territoires, y compris si elles le souhaitent en les confiant à des syndicats mixtes départementaux
ou des intercommunalités. Par rapport à la situation actuelle, cette nouvelle compétence se traduira de trois façons : la montée en puissance des sociétés ou établissements régionaux d’énergie ; un rôle pilote pour l’adaptation des réseaux de transport et de distribution à la montée en puissance des énergies renouvelables, par convention avec l’opérateur national; le droit d’expérimenter la mise en place d’un supplément régional de tarif d’achat ou de complément de rémunération, financé par un supplément régional de contribution au service public de l’électricité."


------------------------
Fiscalité

Proposition 13
Plafonner, en vue de leur suppression, les dépenses fiscales défavorables à l’environnement

La Fabrique écologique préconise de supprimer "les niches fiscales défavorables à l’environnement. Dans une première étape, il s’agit de plafonner globalement les montants concernés, le plafond étant abaissé d’année en année en fonction de l’évolution des paramètres énergétiques et économiques pour aboutir à une suppression à l’issue du quinquennat. La détaxation du kérosène fera l’objet d’une initiative internationale allant dans le même sens. Cette mesure sera accompagnée d’une négociation avec les professions concernées pour éviter qu’elle ne pèse sur leur compétitivité. Des contreparties seront ainsi négociées, non pas sous forme d’aides sectorielles interdites par Bruxelles, mais par un ensemble d’allègement de charges."

Proposition 14
Confirmer et amplifier la trajectoire du prix du carbone

Elle souhaite "programmer dès le début du quinquennat un accroissement supplémentaire (de la taxe carbone) d’ici 2022, en le modulant en fonction des prix des hydrocarbures. Donner aux Français une visibilité de moyen terme sur le prix du pétrole aidera les entreprises et les particuliers à faire leur choix en connaissance de cause, et à mieux préparer l’avenir. La taxe carbone peut être un outil utile pour contribuer à lisser la hausse prévisible, mais par à-coups, du prix des carburants et des combustibles. Le mécanisme procurera en outre des ressources qui devront impérativement être affectés à des actions de transition écologique et énergétique."



0  Réaction(s) › Lire
JO: Jean-François Carenco nommé président de la CRE
Institutions | 2017-02-17 10:01:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Il a réussi son examen au Sénat et à l'Assemblée nationale, ça y est: par décret du Président de la République en date du 16 février 2017, M. Jean-François Carenco est nommé président de la Commission de régulation de l'énergie.


------------
Et aussi :

- Publication d'une délibération de la CRE (15 décembre 2016) portant décision sur le tarif d'utilisation des réseaux de transport de gaz naturel de GRTgaz et de TIGF.
" - Le tarif moyen de GRTgaz baisse de - 3,1 % en 2017, hors effets de structure et reversement inter-opérateurs. L'évolution du tarif moyen sur la période ATRT6 est équivalente à une baisse de - 0,4 % par an ;
- le tarif moyen de TIGF baisse de - 2,2 % en 2017, hors effets de structure et reversement inter-opérateurs. L'évolution du tarif moyen sur la période ATRT6 est équivalente à une hausse de + 0,8 % par an."


Par arrêté du 8 février 2017, la société Vattenfall energy trading GmbH, dont le siège social est situé Dammtorstrasse 29-32, 20354 Hambourg, Allemagne, est autorisée à exercer l'activité de fourniture de gaz naturel sur le territoire français pour approvisionner les fournisseurs de gaz naturel.


Par arrêté du 8 février 2017, la société Opéra Energie, dont le siège social est situé 2, rue Edouard-Millaud, 69004 Lyon, France, est autorisée à exercer l'activité d'achat d'électricité pour revente aux clients finals et aux gestionnaires de réseaux pour leurs pertes. Elle est soumise aux dispositions des articles L. 333-1 et suivants et des articles R. 333-1 à R. 333-16 du code de l'énergie.


Par arrêté du 8 février 2017, sont déclarés d'utilité publique, en vue de l'institution de servitudes, les travaux de construction de deux liaisons électriques souterraines à 225 000 volts pour le raccordement du poste Enedis de Saclay aux postes RTE de Saint-Aubin et de Villeras, sur le territoire des communes de Bièvres, Saclay, Vauhallan et Villiers-le-Bâcle, dans le département de l'Essonne.



0  Réaction(s) › Lire
Dordogne: bientôt 80 bornes de charge pour véhicule électrique
Véhicules électriques | 2017-02-16 12:04:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Une borne pour recharger son véhicule électrique tous les 20 kilomètres: c'est l'ambition du programme porté par le Syndicat départemental d’énergies de Dordogne (SDE 24), pour un investissement estimé à 2,6 millions d’euros. Les collectivités intéressées mettent à disposition les terrains nécessaires à l'implantation des bornes, pour un euro symbolique.

22 bornes sont déjà opérationnelles et une soixantaine doivent suivre d’ici à la fin du trimestre. Fin 2017, quelque 148 bornes devraient être installées, dont 142 bornes permettront une recharge à 85 % en une heure et les six dernières, implantées dans de grands axes, autorisant une recharge rapide en vingt à trente minutes.

La carte d’abonnement annuelle est de 18 euros, pour un "plein" (coût d’une recharge) de 2 euros pour une heure, avec des minutes supplémentaires facturées 3 cents chacune. Le SDE24 accorde la gratuité aux heures creuses, de 23 heures à 6 heures. Hors abonnement, l'heure de charge revient à 3,560 euros, avec 4 cents par minute supplémentaire.


0  Réaction(s) › Lire



PRECEDENTE Page(s) : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 SUIVANTE

Crowdsourcing et données d'infrastructure partagées
22/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Greenlys: smart grid et consommateurs
27/12/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS