Petit déjeuner débat: blockchain et smart grids: compte-rendu
15/02/2017 | Administrateur Energie 2007
Si vous avez raté notre petit déjeuner "blockchain et smart grids", le compte rendu vous attend. Cliquez ici pour le télécharger. ...
42 Réaction(s) › Lire

 
Méthodes commerciales photovoltaïque : encore du ménage...
› Participez
Enercoop donne un visage à la production
› Participez
Moins de sous pour les fossiles
› Participez
Enquête interne EDF: chute de la confiance
› Participez
Arnaque batterie condensateurs onse-cse.com
› Participez

Retour 

Compteurs communicants: la Belgique (très) prudente
Vos droits | 2013-01-18 12:24:00 | Administrateur 'Energie 2007'

Le Rapport sur l’évaluation économique relative aux systèmes intelligents de mesure en Belgique montre que "les conditions exigeant la mise en oeuvre de systèmes intelligents de mesure au moins chez 80% des consommateurs à l’horizon 2020 ne sont pas rencontrées." Ce rapport s'appuie sur des études menées dans les trois régions du Royaume (Région Flamande, Wallonie, Bruxelles-Capitale).

Nous publions deux extraits de ce document (extrait de la synthèse générale, extrait de la synthèse des études). Le rapport est téléchargeable in extenso ici (attention: document PDF de 4 Mo).


Extrait de la synthèse générale

"Avant d’évaluer les coûts et les avantages du déploiements de compteurs intelligents, les autorités désignées pour mener les études visées par les Directives précitées, ont intégré, chacune pour la Région qui la concerne, les conditions locales de son marché régional, dans la définition du modèle de système intelligent de mesure à analyser. La prise en compte de ces conditions locales a été guidée par le souci de prospecter des modèles de compteurs intelligents les moins coûteux pour le marché dans son ensemble et pour le consommateur pris individuellement.

Ceci explique les différences de choix des modèles et des scénarios de déploiement analysés dans les trois Régions de Belgique. Les résultats obtenus doivent donc être analysés dans leur contexte régional et incitent à une lecture prudente avant de tirer des conclusions pour la Belgique.

Les résultats obtenus indiquent que les conditions impliquant la mise en oeuvre, en Belgique, des systèmes intelligents de mesure à hauteur de 80% en 2020 ne sont pas rencontrées. En effet, comme mentionné précédemment, les Directives européennes prévoient de subordonner la mise en oeuvre de ces systèmes à une évaluation positive des impacts économiques pour le marché dans son ensemble et pour le consommateur pris individuellement.
D’autres conditions essentielles à la généralisation de ces compteurs à l’horizon de 2020 doivent être vérifiées et dont certaines dépendent de l’efficacité des actions menées au niveau européen, notamment pour les travaux de normalisation et d’interopérabilité des systèmes.

Par ailleurs, les autorités compétentes dans chaque Région, chacune pour le territoire qui la concerne, ont lancé et annoncé plusieurs mesures et plans au profit de la participation active des consommateurs dans les marchés de la fourniture d’électricité et du gaz. Ces actions sont directement ou indirectement liées aux systèmes intelligents de mesure mais toutes poursuivent les objectifs dits de triple 20 fixés par la Commission Européenne.

A l’issue de la première phase du projet d’essai relatif aux compteurs intelligents, baptisé Proof of Concept, la Région Flamande poursuit sa voie avec la mise en oeuvre d’un projet pilote consistant en un test à plus grande échelle. Ce test porte sur l’installation de 50.000 compteurs intelligents répartis sur l’ensemble du territoire de la Flandre. Ce projet pilote n’est toutefois pas limité à un simple test technique et logistique. Outre les processus internes des gestionnaires de réseaux, il convient également de réexaminer les processus de marché. Une révision qui requiert une interaction et une discussion avec les fournisseurs d’énergie, notamment dans le but de revoir les protocoles de communication. Par ailleurs, cette deuxième phase du projet d’essai peut et doit également être utilisée afin d’obtenir de plus amples informations sur les coûts et les avantages du compteur intelligent.

Des efforts sont en outre déployés en vue de rendre les réseaux plus intelligents. Des indicateurs ont été définis afin de contrôler la transition du réseau existant vers un réseau intelligent. Il est également procédé à une étude sur la façon de mieux harmoniser le
développement du réseau et l’implantation de systèmes de production d’électricité décentralisés. En vérifiant, d’une part, à quels endroits du réseau il reste de la capacité et, d’autre part, quels sont les endroits intéressants pour les diverses formes de production d’énergie renouvelable, les investissements dans le réseau et l’implantation des projets d’investissement pourront se faire de façon plus judicieuse.

Enfin, à certains endroits, les réseaux devront être élargis et renforcés mais aussi mieux utilisés. C’est pourquoi le VREG a, en concertation avec toutes les parties intéressées, établi un plan d’action qui devrait, à terme, optimaliser l’utilisation des réseaux. Ce plan d’action inclut plusieurs principes qui devront être peaufinés dans le courant de l’année prochaine.

Le suivi en est assuré au sein de l’actuelle Plate-forme stratégique Réseaux et compteurs intelligents, qui comprend des représentants de toutes les parties concernées : gestionnaires de réseaux, fournisseurs, producteurs d’énergie, organisations d’entreprises et acheteurs (dont les organisations de consommateurs et les associations de lutte contre la pauvreté), toutes les entités concernées au sein des pouvoirs publics flamands, la Commission pour la Protection de la vie privée, les universités et centres de recherche, ...

Au-delà de l’évaluation économique suggérée par la Directive Européenne 2009/72/CE, la Région Wallonne mène également divers projets et études en rapport avec les systèmes intelligents de mesure. En termes d’actions préalables au déploiement des compteurs intelligents, un scenario de déploiement segmenté a été étudié par la Région Wallonne. Les opérateurs du réseau de distribution ont également mené divers projets à finalité technicoéconomique.

A ce stade, les études se poursuivent et les orientations en matière de déploiement segmenté des compteurs intelligents ne sont pas encore arrêtées.

De manière complémentaire aux compteurs intelligents, le thème des réseaux intelligents fait l’objet d’une attention particulière en Région Wallonne, compte tenu des objectifs ambitieux qu’elle s’est fixée en matière d’intégration au réseau de productions vertes décentralisées, comme illustrée au chapitre 3 de ce rapport ( point 3.4.1.1.5 comparaison des systèmes de promotion). Un groupe de réflexion dédié aux réseaux électriques durables et intelligents a été constitué, qui a remis ses conclusions en début 2012 portant sur les priorités en vue du développement de ces réseaux. Dans la continuité de cette initiative stratégique, un appel à projet de recherche a été mis sur pied, baptisé Reliable.

La Région de Bruxelles-Capitale, au regard des spécificités de son marché de l’énergie a prévu notamment, via les plans d’investissements du réseau de distribution, un ensemble d’actions en rapport avec les compteurs intelligents ou transversaux à ceux-ci. Il s’agit d’augmenter le niveau de préparation du GRD Bruxellois, via un projet pilote de tests grandeur nature des fonctionnalités avancées des compteurs intelligents et d’équiper certains utilisateurs (industriels et commerciaux) de compteurs télérélevés (index ou courbes de charges). La consommation d’électricité et de gaz des utilisateurs concernés par ces compteurs télérelevés devrait atteindre, respectivement pour l’électricité et le gaz, 55% et 35% de la consommation totale sur le réseau de distribution de la Région de Bruxelles-Capitale.

A l’instar des autres Régions de Belgique, une analyse d’impact sur la protection des données obtenues par les compteurs intelligents devrait être menée pour la Région de Bruxelles-Capitale. Cette analyse pourrait être réalisée par le gestionnaire et les parties
prenantes afin de réunir toutes les informations nécessaires pour prendre les mesures de protection adéquates en cas de déploiement, en Région de Bruxelles-Capitale, des systèmes intelligents de mesure. Le cas échéant, ces mesures pourraient faire l’objet d’un suivi et être réexaminées tout au long du cycle de vie du compteur intelligent.

Pour mener cette analyse, le Région de Bruxelles-Capitale recommande au gestionnaire et aux parties prenantes de tenir compte du modèle d’analyse de l’impact sur la protection des données qui sera élaboré par la Commission Européenne et soumis pour avis au groupe de protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel à l’horizon de mars 2013.

Au niveau national, d’autres actions ont été aussi initiées, aux bénéfices des trois Régions, et qui consiste en la mise en oeuvre d’une adaptation du fonctionnement du marché afin d’intégrer les compteurs intelligents. Ce projet est en cours d’analyse et de concertation entre les opérateurs du marché d’une part et entre ces opérateurs et les régulateurs d’autre part.

Dans ce cadre, les parties prenantes comptent mener des réflexions sur les moyens de protection des données à caractère personnel et sur le rôle et les responsabilités des différents acteurs relatifs au respect de la vie privée de l’utilisateur final. Ce travail de réflexion
devrait être mené en concertation avec la Commission de Protection de la Vie Privée pour définir les dispositions nécessaires à la protection de ces données."


-----------
Extrait de la synthèse des études menées (pp. 141-143)


"Les principaux résultats obtenus par ces études sont synthétisés ci-après :

> - En ce qui concerne la Région Flamande, deux analyses coûts-bénéfices ont été menées, une première en 2008 et une deuxième plus étendue et plus avancée en 2011, basée sur des paramètres actualisés. Cette dernière analyse coûts-bénéfices s’est accompagnée d’un certain nombre d’autres analyses, notamment sur les aspects liés à la vie privée et les nécessaires adaptations à la réglementation pour encadrer un éventuel déploiement de compteurs intelligents pour les clients en électricité et en gaz.

- L’ACA 2011 compte plusieurs scénarios, basé sur des hypothèses différentes. Le scénario qui prend pour point de départ un déploiement de compteurs intelligents sur 80% des clients aboutit à un résultat d’environ – 200 MEUR. D’autres scénarios débouchent évidemment sur d’autres valeurs constantes nettes, certaines plus positives, d’autres plus négatives, que le scénario avec déploiement sur un ratio de 80%. Sur base des résultats de l’analyse coûts-bénéfices 2011, et vu la persistance de plusieurs questions et imprécisions, le Gouvernement flamand a décidé, en juin 2012, de ne pas encore s’engager dans un déploiement généralisé de compteurs en intelligents en Flandre, au vu de la grande variabilité des résultats et la haute sensibilité du produit de l’ACA aux variations dans les paramètres utilisés, au vu du manque actuel de résultats des projets d’essai à grande échelle, actuellement préparés par les gestionnaires de réseau de distribution et au vu du manque de standards européens concernant les fonctionnalités des compteurs intelligents, comme l’interopérabilité qui ne peut pour le moment être garantie. De plus, une nouvelle recherche sur les aspects sécurité et vie privée en rapport avec les données de mesure sera aussi lancée, de sorte que, sur ce plan, les garanties nécessaires puissent être offertes aux consommateurs.

***

> - La Région Wallonne a donc mené l’évaluation économique du déploiement des compteurs intelligents, prenant en compte l’ensemble des coûts et avantages des différentes parties prenantes. Le scenario de déploiement préconisé par la Directive Européenne 2009/72/CE, scénario intitulé « Full Roll Out », présente un résultat net négatif de -186 M€. Les coûts associés à ce résultat s’élèvent à 2200 M€. Les analyses de sensibilité réalisées montrent que les paramètres utilisés présentent un impact limité sur le résultat final et permettent d’en attester de la pertinence statistique.

- L’évaluation économique de ce scenario indique donc que les conditions impliquant la mise en oeuvre des systèmes intelligents de mesure à hauteur de 80% en 2020 ne sont pas rencontrées.

- Un scénario alternatif a également été évalué, intitulé « Smart Meter Friendly », pour lequel un déploiement segmenté des compteurs intelligents conduirait à un résultat net positif de 585 M€, pour un coût de 947 M€.

***

> - Pour ce qui concerne la Région de Bruxelles-Capitale, les résultats de l’Analyse des Coûts et Avantages (ACA) montrent que le déploiement de ces compteurs suivant le scénario de déploiement généralisé au moins chez 80% des points de fourniture d’électricité à l’horizon de 2020 est défavorable pour l’ensemble de la chaîne de valeur du marché de l’énergie bruxellois. Cette évaluation reste défavorable même lorsque le déploiement de ces compteurs est envisagé suivant différents modèles de systèmes intelligents de mesure allant du plus simple au plus complet en termes de fonctionnalités et services offerts aux utilisateurs et aux acteurs du marché.

- En outre, l’étude sur les incidences sociales et environnementales menée pour la marché bruxellois confirme aussi ces résultats et indique une évaluation économique défavorable avec une valeur actuelle nette de -70 millions d’euros. Cette évaluation est vue du côté de l’utilisateur résidentiel et estimée sur une période de 20 ans.

- Sur le plan social, l’étude montre que l’hétérogénéité de la population bruxelloise introduit des distorsions parmi les utilisateurs potentiels, les avantages profitent surtout aux gros consommateurs. La destruction d’emplois au niveau de la relève ne pourra pas être compensée par des transferts en raison des différences entre les niveaux de formation requis et du fait que la plupart des emplois crées le seront à l’extérieur de la Région voire à l’extérieur même du pays. La mise en place d’une facturation dynamique établie sur base de tarifs plus progressifs entrerait en conflit avec la politique d’étalement des paiements par le biais d’un système provisionnel mis en place actuellement au bénéfice de la population.

- Le bilan environnemental est contrasté. Les avantages attendus en matière de consommation d’énergie restant limités pour le consommateur final, il en va de même pour la consommation d’énergie primaire et les émissions de gaz à effet de serre. Toutefois, les effets de réduction des interventions sur site et des déplacements sont globalement favorables. Contrairement aux compteurs classiques, les nouveaux compteurs tombent sous la coupe des directives recyclages des matériels électroniques et doivent donc être accompagnés d’un plan de recyclage. Les détails de cette étude sont donnés dans l’annexe 4 de ce rapport.

---------

Compte tenu des spécificités de chaque Région et du cadre institutionnel belge, les modèles étudiés ou les scénarios analysés diffèrent d’une Région à l’autre. Les résultats obtenus doivent
donc être analysés dans leur contexte régional et incitent à une lecture prudente avant de tirer des conclusions pour la Belgique.
L’analyse des résultats obtenus indiquent que les conditions exigeant la mise en oeuvre, en Belgique, des systèmes intelligents de mesure au moins chez 80% des consommateurs à l’horizon 2020 ne sont pas rencontrées. En effet, comme mentionné précédemment, les Directives européennes prévoient de subordonner la mise en oeuvre de ces systèmes à une évaluation positive des impacts économiques pour le marché dans son ensemble et pour le consommateur pris individuellement.

D’autres conditions essentielles à la généralisation de ces compteurs à l’horizon de 2020 doivent être vérifiées. Certaines dépendent de l’efficacité des actions menées au niveau européen, notamment pour les travaux de normalisation et d’interopérabilité des systèmes.

En outre, les résultats des études menées pour les trois Régions de Belgique, ont été riches en enseignements au-delà de la finalité même de ces études, à savoir la mesure de l’impact économique, environnemental et social d’équiper d’au moins 80% de consommateurs belges de compteurs intelligents à l’horizon de 2020. Beaucoup d’éléments de ces études méritent en effet un approfondissement afin de prospecter aussi les autres alternatives permettant de répondre à l’objectif d’engranger le maximum de bénéfices attendus de la participation active des consommateurs au marché de la fourniture d’énergie."


----------
Notre précédente actu sur le sujet : Bruxelles capitale: étude -négative- sur les compteurs évolués.



 
0  Réaction(s)
Imprimer Envoyer à un ami 



Nom *

  Prénom *
Email *   Pseudo *
Société *      
Commentaire *
 
  * Champs obligatoires
 
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS