Energie2007: le retour
16/09/2016 | Administrateur Energie 2007
Le lecteur assidu et la lectrice qui ne l'est pas moins l'ont constaté et plusieurs nous l'ont fait savoir, bourrelés d'inquiétude: Energie2007 était un site ...
1 Réaction(s) › Lire

 
Le gaz de schiste arrive en Ecosse
› Participez
Eolien, visibilité et contentieux
› Participez
Busigny: Wind Power signe un contrat avec Boralex
› Participez
Compteurs intelligents et eau chaude: gains de 25% à Tours
› Participez
Clause de compétence générale: l'ADF déboutée
› Participez
Mondial de l'auto: DBT annonce un chargeur universel de 150 KW
DBT présentera  "un chargeur ultra rapide multi-standard à l’occasion du Mondial de l’Automobile 2016." Il devrait être disponible au printemps 2017.

Ce chargeur de 150 kW affiche "le triple de la puissance des chargeurs rapides actuels" afin d'anticiper "les évolutions du marché, en ligne avec les dernières annonces des constructeurs automobiles, qui promettent plus d’autonomie sur leurs prochains modèles de véhicules électriques et hybrides rechargeables."

La société considère "crucial pour le développement de la voiture électrique" de pouvoir proposer des bornes "capables de recharger une batterie en moins de 20 minutes." 

Caractéristiques en bref

- Jusque 150 kW pour un véhicule ou charge simultanée de 3véhicules (50 kW);
- Compatible avec tous les véhicules électriques disponibles;
- Ecran tactile ;
- Paiement bancaire sécurisé ;
- Pilotage à distance; 
- Maintenance simplifiée et préventive ;
- Made in France (site industriel de Douai, dans le Nord).

> Cliquez ici pour télécharger le communiqué.




 
2016-09-28 18:05:00 | Administrateur 'Energie 2007'   Lire


Wittelsheim: centrale solaire et autoconsommation
2016-09-28 09:11:00 | Administrateur 'Energie 2007'
Installée dans deux ombrières au Super U de Wittelsheim (Haut-Rhin), une centrale photovoltaïque de 268 MWh fournit 24% des besoins de la grande surface, l'électricité étant directement injectée dans son réseau. 

Le projet fait suite à un appel d’offres de la Région Alsace, avec le soutien de l'Ademe (30% de subventions au total). Il a été remporté par la société Electro concept énergie, une petite entreprise de 10 personnes, qui a déjà "raccordé plus de 500 installations photovoltaïques pour particuliers et professionnels (PME/PMI)." 

La centrale présente "un double avantage: générer des économies d’énergie, tout en offrant un confort aux clients grâce aux carports." La production est injectée "à des puissances variables selon le niveau d’ensoleillement. Pour ajuster au mieux la centrale aux besoins, ECE a optimisé 4 paramètres : le coût de l’installation pour le client, la puissance de la centrale, le niveau d’autoproduction et le taux d’autoconsommation." La société estime qu'une telle installation peut être "reproduite partout en France."

Quelques chiffres
- Budget: 580.000 (centrale, installation des ombrières, gros-œuvre et montage);
- Puissance totale : 268.000 kWh;
- Surface des panneaux : 1.800 m²;
- Couverture : 24% de la consommation annuelle - Taux d’autoconsommation : 98 %;
- 20.000 mètres de câbles;
- Economie annuelle en énergie : 30.000 euros.




0 Réaction(s) › Lire
Livre blanc numérique de la FNCCR
2016-09-27 16:16:00 | Administrateur 'Energie 2007'
 La FNCCR a publié un Livre blanc pour "réussir la révolution numérique."

Ce document a été rédigé entre février et juin 2016, au terme de plusieurs auditions (entreprises, parlementaires...) et s'appuie sur diverses études déjà réalisées pour la FNCCR. Sa
"réflexion a accompagné le débat parlementaire sur la loi pour une République numérique", en cours d'adoption définitive.

L'approche retenue consiste à "partir des besoins et des craintes de l’homo numericus et imaginer le rôle et les missions des collectivités territoriales pour y répondre."

La FNCCR évoque "un secteur où règnent des géants mondiaux", ce qui implique de la "modestie", sans que cela entrave le "pragmatisme" et "l’ambition. D’où le principe d’accompagnement, qui recouvre à la fois la mutualisation et la mise à disposition de moyens, mais également une évolution de la gouvernance et le développement de services."

Cliquez
ici pour télécharger le Livre blanc de la FNCCR (attention: document PDF de 6 Mo).




0 Réaction(s) › Lire
Turpe 5: analyse de Colombus consulting
2016-09-27 12:24:00 | Administrateur 'Energie 2007'
 
Nous publions ci-après une tribune libre de Sarah Jaidi et Alexandre Malric, consultats au cabinet Colombus consulting, relative au Turpe 5, une approche qui résulte notamment d'entretiens avec la direction Stratégie d’Enedis.

> Voir aussi le 
discours de Philippe de Ladoucette, président de la CRE, prononcé devant les élus membres du conseil d'administration de la FNCCR.

--------------

"Electricité et TURPE 5: Vers une facturation de l’acheminement au « forfait » plutôt qu’à l’énergie consommée?

Dans un contexte énergétique en pleine mutation, les nouveaux usages tels que le développement des véhicules électriques, l’autoconsommation, la gestion des pics de consommation ou encore l’insertion massive d’énergie renouvelable constituent de nombreux défis à relever pour les réseaux électriques dont la mission est d’acheminer l’électricité vers les clients. L’ensemble des nouveaux services issus de la transition énergétique conduiront à des utilisations de plus en plus nombreuses et différentes de la puissance qu’amène le réseau. Alors que le tarif d’utilisation du réseau public d’électricité (TURPE) est aujourd’hui essentiellement basé sur les énergies livrées, et que ces tarifs doivent être modifiés en 2017, comment mieux tarifer les services rendus par le réseau de distribution? Faut-il se diriger vers des tarifs qui deviendraient moins dépendants du volume d’énergie livrée? Avant la délibération officielle du TURPE prévue cet automne, Colombus Consulting partage sa vision après avoir mené des entretiens avec la direction Stratégie d’Enedis.


La distinction entre énergie et puissance
Consommer de l’électricité, c’est bénéficier de plusieurs services à la fois : celui de disposer de la quantité d’énergie nécessaire à nos utilisations et celui garantissant un débit, la « puissance », permettant à un certain nombre d’appareils de fonctionner en même temps. Une fois le réseau mis en place pour fournir cette garantie de puissance, ses coûts ne sont que peu dépendants de l’énergie livrée au client. Il joue pour le client le rôle d’une assurance : celle de pouvoir consommer de l’électricité quel que soit le débit souhaité. Ces principes devraient conduire à rééquilibrer la part «énergie» et «puissance» du tarif réseau, pour éviter de facturer à l’utilisateur son utilisation du réseau principalement en fonction de l’énergie qu’il reçoit. Les conséquences sur le réseau de la transition énergétique invitent très fortement à cette évolution. Dans le monde, une prise de conscience se fait avec de nombreuses études qui vont en ce sens de l’Australie à la Finlande, en passant par l’université d’Oxford ou les USA.


Les réseaux électriques: «un rôle de garantie de puissance» à refléter par le TURPE

A l’heure où les modes de consommation alternatifs se développent, le réseau électrique rend un service qui se rapproche de celui d’une assurance : comme évoqué, il assure d’accéder à l’électricité si besoin est, à domicile, avec le débit souhaité. Pour fournir ces services, les gestionnaires de réseaux de distribution assurent une couverture géographique ainsi qu’un dimensionnement des équipements qui représentent une part importante de leurs coûts : il faut créer, entretenir ou réparer rapidement des lignes présentes sur tout le territoire français.

Pour le client final, «l’acheminement» représente environ un tiers de la facture d’électricité (40% pour les entreprises, et 30% pour les particuliers), indiqué aux lignes «consommation» et «abonnement» de la facture. Et aujourd’hui, en moyenne, cette part «acheminement» se retrouve pour 70% facturée à proportion de l’énergie consommée. Cette répartition est fixée par la Commission de régulation de l’énergie (CRE), autorité publique indépendante qui veille au bon fonctionnement du marché de l’énergie et définit le TURPE. La CRE le réexamine actuellement pour déterminer un nouveau tarif qui entrera en vigueur à l’été 2017.

A cette occasion, plusieurs acteurs du marché de l’électricité, au premier rang desquels les gestionnaires de réseau, comme Enedis, les entreprises locales de distribution (ELD) et RTE, se sont adressés à la CRE. Ils souhaitent voir rééquilibrer le TURPE dès 2017 pour qu’il pèse moins sur l’électricité consommée et d’avantage sur l’abonnement, afin de mieux tarifer les services rendus par le réseau, en particulier le service de «garantie de puissance.»


La CRE conserve une approche qui reste centrée sur une facture réseau au volume de consommation
Les scénarios présentés par la CRE dans ses consultations publiques ne privilégient pas la prise en compte de ce rôle assurantiel pour 2017 mais prévoient d’autres évolutions telles que :

 L’horo-saisonnalisation, c'est-à-dire une plus grande variation des prix en fonction des heures et des saisons, rendue possible par l’arrivée des compteurs évolués (Linky mais également les compteurs PME-PMI et SAPHIR). Cela permet d’inciter le client à répartir sa consommation de manière à diminuer les pics de consommation sur le réseau, notamment en hiver.

 Une nouvelle répartition des factures entre professionnels et particuliers selon une révision de leurs coûts pour le réseau.

L’évolution en faveur d’une tarification davantage tournée vers la puissance, demandée par les gestionnaires de réseau en France, s’inscrit dans une dynamique européenne (Espagne, Pays-Bas, Italie, etc.). De plus, il ressort de ces exemples étrangers qu’ils ont su rendre acceptables les effets issus de cette évolution : augmentation ou diminution de la facture selon les clients. Dans le cas des Pays-Bas, cela a pu se faire grâce à une coordination poussée entre autorité indépendante de régulation et gouvernement qui a mis en place des dispositions pour neutraliser les impacts sur les clients les plus touchés.

Enfin, un des principaux objectifs de la transition énergétique est l’amélioration de l’efficacité énergétique. Vue du consommateur, celle-ci doit se traduire par des baisses de factures finales qui résultent d’une baisse des volumes d’énergie consommés. Une proposition mise en avant par Enedis est d’associer une saisonnalité renforcée, prévue par la CRE, au rééquilibrage entre parts forfaitaire (puissance) et variable (énergie) des tarifs de distribution. Elle permettrait de combiner l’action sur les comportements au quotidien (prix à l’énergie acheminée) pendant des heures ciblées, et celle sur le dimensionnement des équipements installés par le client (prix à la puissance).

Selon, une publication de l’Union française de l’électricité (UFE) qui représente les employeurs du secteur au sein de la branche des industries électriques et gazières, le TURPE doit être un vecteur de la transition énergétique : «En véhiculant un signal prix de la puissance, le TURPE incitera davantage les clients à caler au plus juste leur puissance souscrite, grâce aux facilités apportées par Linky. Cela contribuera à la limitation des appels de puissance lors des périodes de pointe et donc à moindre utilisation des moyens de production d’électricité les plus carbonés.» Cette posture, partagée par un grand nombre d’acteurs de la transition énergétique, ne manquera pas d’alimenter les débats voire de modifier la perception des consommateurs sur l’évolution de leur facture…"

> Complément: cliquez ici pour consulter le schéma illustratif de Colombus consulting.






0 Réaction(s) › Lire
Observatoire des marchés de la CRE
2016-09-27 12:09:00 | Administrateur 'Energie 2007'
 La CRE a publié son observatoire des marchés de l'électricité et du gaz (2ème timestre 2016).

Electricité
"Au 30 juin 2016, 36,9 millions de sites sont éligibles, ce qui représente environ 431 TWh de consommation annuelle d'électricité." La CRE dénombre 4.017.000 clients en offre de marché dans le secteur résidentiel et 1.462.000 chez les professionnels (soit 171.000 clients supplémentaires [+4,4 %]). Les parts de marché des fournisseurs alternatifs établissent respectivement à 12,6 et 16,3%. Fin juin, il restait environ 31.000 n'ayant pas exercé leur éligibilité (basculant donc de l'offre transitoire chez EDF à l'offre à prix de marché obligatoire).

Gaz
"En gaz naturel, 4 661 000 sites, sur un total de 10,6 millions, sont en offre de marché, dont 2 260 000 chez un fournisseur alternatif (+68 000 par rapport au trimestre précédent) et 2 401 000 chez un fournisseur historique (+64 000 par rapport au trimestre précédent)."


Cliquez
ici pour télécharger l'Observatoire des marchés de la CRE (attention: document PDF de 28 Mo).

0 Réaction(s) › Lire
Livre blanc : 10 propositions de l'AFG
2016-09-27 09:18:00 | Administrateur 'Energie 2007'
L'Asssociation française du gaz publie un livre blanc assorti de 10 propositions,  afin de sensibiliser, "à l’approche d’échéances électorales majeures pour notre pays (...), aux défis que l’industrie gazière française est prête à relever pour emprunter la voie d’un futur moins carboné."

> Cliquez
ici pour télécharger le livre blanc 2016 de l'AFG (attention: document PDF de 5 Mo).

------------------
Synthèse des 10 propositions de l’industrie gazière:

"01. Promouvoir toutes les énergies renouvelables
Création par l’Etat d’un fond de garantie à l’investissement en matière de gaz renouvelable.

02. Réussir la transition énergétique dans les territoires
Aider à la mise en place des projets d’économie circulaire dans les territoires (mobilité au biogaz, méthaniseurs,…).

03. Améliorer la qualité de l’air par la mobilité propre
Mettre en place un comité de pilotage regroupant les acteurs publics et privés, et dédié à l’usage du gaz dans la mobilité terrestre et maritime.


04. Réduire les émissions de gaz à effet de serre
Stimuler l’usage du gaz en remplacement du charbon et du fioul par la fixation d’un prix plancher européen du carbone avec une visibilité sur son évolution dans le temps.

05. Réduire les consommations d’énergie des logements
Favoriser la rénovation des systèmes de chauffage dans un cadre fiscal et réglementaire stable, simple et pérenne.

06. Contribuer à la lutte contre la précarité énergétique
Mettre en place une « prime à la casse » pour le remplacement de chaudières anciennes par des chaudières à gaz performantes dans les logements occupés par des personnes en situation de précarité.

07. Contribuer à la sécurité énergétique de la France
Favoriser la pérennité et inciter l’utilisation des infrastructures françaises déjà existantes pour un mix énergétique efficient.

08. Rendre la fiscalité énergétique plus efficace
Garantir pour une période de 10 ans le maintien de l’écart fiscal entre le gaz carburant et les carburants traditionnels.

09. Contribuer au stockage d’énergie, en accompagnant l’essor des énergies renouvelables
Donner une impulsion forte au développement du Power-to-Gas en aidant au développement de démonstrateurs pour la valorisation des surplus d’électricité d’origine renouvelable.

10. Promouvoir l’innovation
Soutenir l’innovation en doublant la part des budgets publics recherche et développement dédiée au gaz."




0 Réaction(s) › Lire
Voir toutes les actualités
La FNCCR partenaire des rencontres nationales des EnR
08/09/2016 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) › Lire

Calvados: modernisation du cahier des charges de concession
29/01/2015 | Administrateur 'Energie 2007'
0 Réaction(s) Lire
Cette brève paraît à la bonne date mais son contenu n'est pas à jour ! -> annulé en 2015 en raison des attentats du 13/11, le SMCL a été reprogrammé et se tiendra du 31 mai au 2 juin 2016. http://www.salondesmaires.com/le-salon/presentation-du-salon/







NDLR: On corrige l'illustration (pas la brève, qui était à jour), merci.
2016-09-09 16:11:03 | justineremarque › Lire
Le mélange des genres continue allégrement...
2016-09-08 16:16:41 | Régulateur › Lire
énergies renouvelables (pico hydraulique)
2016-04-06 18:01:30 | charles.verard@orange.fr › Lire
 
© 2009 - énergie2007.fr Qui sommes nous ? Contact Mentions légales Plan du siteRSS